25/07/2009

Assemblée de Bridgestone Frameries

BridgestoneLes travailleurs ont décidé de continuer pour la réintégration des 8


Ce mercredi 22 juillet, les négociations ont duré 17 heures ! Les délégués n’ont su rentrer chez eux qu’à 4 h 30 du matin. La Direction (représentée par Esciensia) et les responsables nationaux du front commun ont discuté, par l’intermédiaire du conciliateur social.
Résultat : une « Recommandation du Président de la Commission paritaire ».


Le patron de Bridgestone vient avec une nouvelle proposition :
Il mettrait sur la table 8 emplois « sûres » pour les 8 ouvriers à reclasser, dans des entreprises à Ghlin, Frameries et La Louvière. Et il garantirait leur revenu durant une période importante : 6 mois pour les CDD (contractuels à durée déterminée), 5 à 8 ans pour les CDI (les indéterminés). S’ils obtiennent un salaire inférieur dans une autre entreprise, Bridgestone s’engage à payer la différence avec leur salaire actuel.
Question du reclassement interne, le patron ne veut pas en entendre parler.

Cette nouvelle proposition a été soumise aux travailleurs lors d’une assemblée qui a réuni 99 travailleurs. Comme le conciliateur exigeait un vote statutaire, les travailleurs devaient voter à bulletin secrèt. A la surprise générale, 69,7 % des présents ont voté contre la proposition du patron, 28,3 % pour. Le résultat du vote a été acceuilli par des hourras et des embrassades parmi les ouvriers ! Pourtant, pas facile financièrement d’entamer une septième semaine de grève…

«Nous voulons la réintégration, pas le reclassement externe».

« Nous avons démarré la grève pour qu’ils restent dans l’usine, pas pour qu’ils soient reclassés ailleurs, même avec garantie de salaire.
Pas oublier qu’ils veulent la peau du délégué principal qui est parmi les 8. Si nous laissons mettre dehors notre délégué principal, qu’est-ce qui nous attend demain ? Le patron a déjà fait savoir par le passé qu’il voudrait réduire le personnel au QC (Contrôle de qualité) et dans d’autres sections. Il compte qu’avec une délégation affaiblie, il y arrivera plus facilement. »

« Le patron revient toujours avec le même discours : il faudrait arriver à rechaper 500 pneus par jour au lieu de 380. Et à terme il veut arriver à 800. Mais qu’il vienne faire notre travail lui-même, ne fût-ce un jour, pour se rendre compte ce que c’est ! Il est clair qu’il prévoit d’autres restructurations. Et pour la CCT 2010 – 2011 aussi, nous avons besoin de la délégation au complet ».

« D’ailleurs, il est certain que les patrons d’autres entreprises regardent ce qui se passe chez nous. Si nous laissons partir le délégué principal, ne feront-ils pas la même chose ailleurs ? »

« J’ai 44 ans, 22 ans de travail, j’ai déjà connu une fermeture et un licenciement. Je suis ici depuis 5 ans à Bridgestone, j’ai un CDD et on me fout dehors comme un chien. Mais nous sommes des pères de famille, les factures il faut continuer à les payer ! Je veux continuer à me battre. Pas seulement pour moi, pour Maurice aussi et les autres. »
Un autre ouvrier a connu le licenciement à VW, un autre à Bombardier…

« Et pourtant, voici un collègue qui va avoir 65 ans bientôt. Pourquoi le patron ne lui propose pas une prépension, pour nous permettre de le remplacer ? »

« Si tu n’as plus de travail, tu perds ta dignité. Je préfère recevoir un coup de poing dans la gueule que de perdre mon travail ! «

« La Direction n’est plus crédible ! »

« Comme le patron est passé outre la convention collective qui prévoit la sécurité d’emploi jusqu’à la fin de 2009, il propose de remplacer la CCT actuelle par une autre CCT qui prévoit le départ des 8, et une sécurité d’ermploi pour les autres jusque fin 2009 ! Quelle confiance lui accorder !? Qui dit qu’il tiendra parole !

« Moi je ne suis pas licencié, mais je fais grève par solidarité, et d’ailleurs demain ça peut nous tomber dessus. Le reclassement externe, nous n’y croyons pas, parce que le patron est déjà venu avec ça. Deux ouvriers ont été se présenter pour une de ces offres d’emplois à Rubber Green (dans les anciens ateliers de Cardinal dans le Zoning de Frameries), mais l’entreprise doit seulement démarrer ses activités. Il n’y avait rien de sérieux. Et puis, si les 8 vont travailler dans des entreprises de patrons amis de Bridgestone, qui nous garantit qu’ils ne seront pas mis dehors après 6 mois par ex. ? Et qu’à ce moment-là ils n’ont plus la délégation syndicale pour les soutenir !? »

Apportez votre soutien !

Des délégations d’autres entreprises sont venus apporter leur soutien, comme par exemple des travailleurs d’une entreprise du métal de Verviers, avec la somme de 500 €. Ca, ça fait chaud au cœur !

La délégation a ouvert un compte pour la solidarité, le n°: 035-7064230-52.
Mentionnez en communication: S.T. Bridgestone.

Commentaires

J'ai mis cet article sur mon blog.
Le collabo virus-blog est revenu sous l'article précédent vomir ses insultes.
Je l'ai cloué au pilori.

Écrit par : TOURTAUX | 27/07/2009

OK merci.

Écrit par : Alex | 27/07/2009

Les commentaires sont fermés.