11/08/2009

Chapeau aux ouvriers de Bridgestone !

Thérèse Michels

Après 56 jours de grève, les travailleurs de Bridgestone n'ont pas obtenu la réintégration de leurs 8 collègues, ni du délégué principal Maurice Delannoy, mais le patron a dû lâcher beaucoup plus que leur préavis légal.

Lors de l'assemblée de vendredi 7 août, 57 % des travailleurs ont voté pour la reprise et ont approuvé le projet d'accord, 42 % ont voté contre.

6 des 8 magasiniers licenciés sont reclassés immédiatement dans d'autres entreprises de la région avec des salaires équivalents à ceux de Bridgestone. Le plus âgé des huit, 54 ans, obtient l'équivalent de la prépension dès la fin de son préavis (un complément au chômage, indexé, jusqu'à ses 65 ans).

Tous les huit obtiennent également, en plus du préavis légal, une prime de départ allant de 4000 à 9000 € net, selon l'ancienneté.

Au cas où ils perdent leur nouvel emploi dans les trois ans (pour cause de restructuration par exemple), Bridgestone leur verse le même montant une deuxième fois et ils seraient reclassés ailleurs une deuxième fois.

Pour les travailleurs qui reprennent le travail, l'accord prévoit une sécurité d'emploi plus claire que dans la dernière Convention collective : en cas de problème, la Direction s'engage à proposer aux ouvriers au choix, un reclassement interne ou la prime de départ (cfr ci-dessus). Cette clause sera renouvelée dans la prochaine Convention collective.

De plus, huit des douze CDD de l'usine (contrats temporaires les plus anciens) recevront un CDI (contrat à durée indéterminée).

Enfin, les travailleurs reçoivent dès la reprise du travail une prime de 500€, il s'agit d'une avance sur des futurs bonus.

Quant à Maurice Delannoy, le délégué principal FGTB, une négociation est encore en cours.

Réactions des travailleurs:

“Même si nous n'avons pas obtenu la réintégration, nous avons réussi à faire cracher le patron. Il ne s'attendait pas à une telle grève. D'ailleurs durant les premières semaines, il nous laissait sans nouvelles. Ca c'était la période la plus dure à tenir psychologiquement. Il pensait que nous allions laisser tomber. Il ne voulait rien donner de plus que les préavis légaux. Mais les dernières semaines, c'est lui qui voulait des négociations. Et il était pressé, c'étaient des discussions au finish. Après le vote des 69,7 % de nons, il voulait immédiatement à nouveau négocier. Logique, avec les voyages d'été on est en pleine période, les clients ont besoin de faire rechapper leurs pneus, et Bridgestone n'avait probablement plus de pneus neufs à leur fournir.”

“Si nous n'avions pas fait grève, les huit n'auraient rien eu, à part leur préavis”.

Nous avions voté pour Maurice.

“Par rapport à Maurice, notre délégué principal, c'est un échec. Il a fallu attendre 7 semaines avant que Clarinval avoue que c'est la peau du délégué principal qu'il voulait. Mais nous le savions. Et avec notre grève, nous voulions garder notre délégué principal + les 7 autres bien sûr. Car nous avons voté pour lui, il était délégué pour toute l'entreprise, pas seulement pour le magasin. Et il ne fallait pas laisser affaiblir la délégation.”

“S'il y en a tant qui ont voté pour la reprise, c'est évidemment pour des raisons financières, mais aussi la peur parce que le patron laissait planer la menace de fermeture si on continuait la grève. Avec les bénéfices qu'il se fait ici, je ne pense pas que c'est une menace réelle. Mais quand-même, dans ces conditions, avoir tenu 2 mois, nous pouvons être fiers ! “

Maintenant nous voulons du respect !

“De toute façon, avec 42 % des votants pour continuer la grève, la Direction devra quand-même faire attention et tenir compte de nous. Avant de recommencer à licencier, elle va réfléchir 56.000 fois. On a montré une force. Maintenant nous voulons du respect ! Quand on va rentrer travailler, il faut se dire chapeau pour ce qu'on a fait. Et il faut rester solidaires. Dès que quelqu'un a un problème, il faut se rassembler.”

“Oui, nous voulons du respect. Parce que de la part de nos directeurs, il y a le mépris. Pour eux, nous ne sommes que des ouvriers. Pourtant nous travaillons tous avec une conscience professionnelle. On se sent responsable de la qualité. Parce qu'il s'agit de pneus d'avion. Imaginez-vous! Ces pneus doivent être en parfait état pour éviter des accidents. Nous gardons une moyenne de cadences pour respecter cette qualité. Ca, le patron ne s'en rend pas compte. D'ailleurs, le nouveau directeur, il n'y connait rien à notre travail, pour certains de nos métiers il faut un an d'apprentissage. Nous sommes toujours sous-estimés, Ca, ca devra changer.”


Dans tous les cas, de la part de toute l'équipe du PTB Mons-Borinage:


"chapeau aux travailleurs de Bridgestone !"


SP_A0050bis 2

07/08/2009

Bridgestone Frameries - La fin de la grève.

Les négociations ont repris cette semaine entre les représentants syndicaux et patronaux de l'entreprise.

L'accord social établi a ensuite été présenté au personnel lors d'une assemblée tenue ce vendredi matin au "PASS" à Frameries.

S'ensuivit un vote secret, au terme duquel une courte majorité s'est prononcée pour la reprise du travail, avec acceptation des dernières conditions.

Après 58 jours de blocage, la fin de la grève a donc été décidée. De plus amples détails vous seront communiqués sur ce blog très prochainement.

Jusqu'au bout, le Parti du Travail de Belgique s'est montré solidaire envers la cause des travailleurs de Bridgestone.  Nous saluons le courage et la persévérance des grévistes pour leur détermination contre une injustice sociale évidente!

31/07/2009

Bridgestone - Frameries :: Motion de soutien en solidarité du PTB

Mercredi 29 juillet 2009

Délégation de solidarité du PTB-PVDA

Le personnel et le front commun syndical de Bridgestone à Frameries méritent notre soutien !

La direction nationale du PTB salue la combativité exemplaire des travailleurs de Bridgestone à Frameries en grève depuis le 11 juin.

1. Depuis un mois et demi vous tenez tête à un patronat arrogant qui foule aux pieds la convention collective conclue avec les organisations syndicales. CCT qui prévoit dans son article premier : "L'entreprise mettra tout en œuvre en vue d'éviter des licenciements pour raisons économiques et techniques. Si des difficultés surviennent en la matière, il est préalablement instauré un régime de chômage partiel, si possible par roulement."

2. Vous avez obtenu en assemblée en front commun et au vote secret 69,7% des grévistes pour continuer le combat pour la raison que la réintégration des 8 travailleurs dont le délégué principal n’a pas été obtenu. Cela montre votre grande fermeté, qui fera école - espérons-nous - dans les mouvements prochains des travailleurs contre les licenciements et contre les plans d’austérité des différents gouvernements.

3. Vous démontrez que vous refusez le chantage de devoir choisir entre votre emploi et le maintien d'une équipe syndicale forte. Il n’y a pas de bon emploi sans mouvement syndical solide pour l’obtenir et le défendre.

4. Dans un cadre plus large,  le PTB attend du gouvernement des mesures d’urgence sociale comme l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

5. Le PTB souhaite contribuer à la victoire de votre combat par des délégations de solidarité et par son soutien matériel. 

DSC08572comp

Visite PTB à Bridgestone. 29.07.09biscomp

P1000611comp

28/07/2009

Bridgestone - Rassemblement de solidarité

Appel du Comité de soutien aux travailleurs de Bridgestone:



Venez nombreux au



RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ

CE VENDREDI 31 JUILLET À 16H



Au piquet de grève de l'usine Bridegestone, Route de Bavay à Frameries

25/07/2009

Assemblée de Bridgestone Frameries

BridgestoneLes travailleurs ont décidé de continuer pour la réintégration des 8


Ce mercredi 22 juillet, les négociations ont duré 17 heures ! Les délégués n’ont su rentrer chez eux qu’à 4 h 30 du matin. La Direction (représentée par Esciensia) et les responsables nationaux du front commun ont discuté, par l’intermédiaire du conciliateur social.
Résultat : une « Recommandation du Président de la Commission paritaire ».


Le patron de Bridgestone vient avec une nouvelle proposition :
Il mettrait sur la table 8 emplois « sûres » pour les 8 ouvriers à reclasser, dans des entreprises à Ghlin, Frameries et La Louvière. Et il garantirait leur revenu durant une période importante : 6 mois pour les CDD (contractuels à durée déterminée), 5 à 8 ans pour les CDI (les indéterminés). S’ils obtiennent un salaire inférieur dans une autre entreprise, Bridgestone s’engage à payer la différence avec leur salaire actuel.
Question du reclassement interne, le patron ne veut pas en entendre parler.

Cette nouvelle proposition a été soumise aux travailleurs lors d’une assemblée qui a réuni 99 travailleurs. Comme le conciliateur exigeait un vote statutaire, les travailleurs devaient voter à bulletin secrèt. A la surprise générale, 69,7 % des présents ont voté contre la proposition du patron, 28,3 % pour. Le résultat du vote a été acceuilli par des hourras et des embrassades parmi les ouvriers ! Pourtant, pas facile financièrement d’entamer une septième semaine de grève…

«Nous voulons la réintégration, pas le reclassement externe».

« Nous avons démarré la grève pour qu’ils restent dans l’usine, pas pour qu’ils soient reclassés ailleurs, même avec garantie de salaire.
Pas oublier qu’ils veulent la peau du délégué principal qui est parmi les 8. Si nous laissons mettre dehors notre délégué principal, qu’est-ce qui nous attend demain ? Le patron a déjà fait savoir par le passé qu’il voudrait réduire le personnel au QC (Contrôle de qualité) et dans d’autres sections. Il compte qu’avec une délégation affaiblie, il y arrivera plus facilement. »

« Le patron revient toujours avec le même discours : il faudrait arriver à rechaper 500 pneus par jour au lieu de 380. Et à terme il veut arriver à 800. Mais qu’il vienne faire notre travail lui-même, ne fût-ce un jour, pour se rendre compte ce que c’est ! Il est clair qu’il prévoit d’autres restructurations. Et pour la CCT 2010 – 2011 aussi, nous avons besoin de la délégation au complet ».

« D’ailleurs, il est certain que les patrons d’autres entreprises regardent ce qui se passe chez nous. Si nous laissons partir le délégué principal, ne feront-ils pas la même chose ailleurs ? »

« J’ai 44 ans, 22 ans de travail, j’ai déjà connu une fermeture et un licenciement. Je suis ici depuis 5 ans à Bridgestone, j’ai un CDD et on me fout dehors comme un chien. Mais nous sommes des pères de famille, les factures il faut continuer à les payer ! Je veux continuer à me battre. Pas seulement pour moi, pour Maurice aussi et les autres. »
Un autre ouvrier a connu le licenciement à VW, un autre à Bombardier…

« Et pourtant, voici un collègue qui va avoir 65 ans bientôt. Pourquoi le patron ne lui propose pas une prépension, pour nous permettre de le remplacer ? »

« Si tu n’as plus de travail, tu perds ta dignité. Je préfère recevoir un coup de poing dans la gueule que de perdre mon travail ! «

« La Direction n’est plus crédible ! »

« Comme le patron est passé outre la convention collective qui prévoit la sécurité d’emploi jusqu’à la fin de 2009, il propose de remplacer la CCT actuelle par une autre CCT qui prévoit le départ des 8, et une sécurité d’ermploi pour les autres jusque fin 2009 ! Quelle confiance lui accorder !? Qui dit qu’il tiendra parole !

« Moi je ne suis pas licencié, mais je fais grève par solidarité, et d’ailleurs demain ça peut nous tomber dessus. Le reclassement externe, nous n’y croyons pas, parce que le patron est déjà venu avec ça. Deux ouvriers ont été se présenter pour une de ces offres d’emplois à Rubber Green (dans les anciens ateliers de Cardinal dans le Zoning de Frameries), mais l’entreprise doit seulement démarrer ses activités. Il n’y avait rien de sérieux. Et puis, si les 8 vont travailler dans des entreprises de patrons amis de Bridgestone, qui nous garantit qu’ils ne seront pas mis dehors après 6 mois par ex. ? Et qu’à ce moment-là ils n’ont plus la délégation syndicale pour les soutenir !? »

Apportez votre soutien !

Des délégations d’autres entreprises sont venus apporter leur soutien, comme par exemple des travailleurs d’une entreprise du métal de Verviers, avec la somme de 500 €. Ca, ça fait chaud au cœur !

La délégation a ouvert un compte pour la solidarité, le n°: 035-7064230-52.
Mentionnez en communication: S.T. Bridgestone.

La crise du système

cover84la crisedusysteme

 La crise secoue bien des certitudes. Chassé des universités, Marx est aujourd’hui, à la faveur de la crise, en train de faire un come-back remarquable. Même – ou est-ce surtout ? – des économistes en plein désarroi le redécouvrent.


Certains ne l’avaient jamais oublié. Depuis le krach de la bulle informatique en 2001, l’économiste marxiste Henri Houben ne cesse de répéter que le système économique international se fragilise de plus en plus, que les États-Unis n’ont guère de marge de manœuvre et qu’un nouveau krach, de l’ampleur au moins de celui de 1929, est inévitable. Avec Jo Cottenier, il décrypte la crise actuelle, en préparation depuis trente-cinq ans, et montre en quoi il s’agit d’une véritable « crise du système », ayant pour fondement la manière même de fonctionner du capitalisme.

François Ferrara analyse le rôle croissant du crédit, dont l’effet est de spolier une deuxième fois les travailleurs.

Dans sa contribution sur l’intervention de l’État, Herwig Lerouge passe au crible la tonitruante critique des fervents du marché libre qui tout d’un coup ont découvert les avantages de la nationalisation, injectant même de l’argent dans le secteur bancaire et créant ainsi une sorte de « socialisme pour les riches ».

Le socialisme comme solution de rechange au capitalisme, que les nouveaux marxistes à la mode préfèrent oublier, est par contre au cœur du débat mené par les quatre auteurs. Que ce numéro d’Études marxistes incite à (re)découvrir Marx, le vrai.

Acheter ce numéro

Cliquez sur l'image pour suivre la thématique de ce dossier sur le site du PTB:

71f503adc8

23/07/2009

Bridgestone Frameries :: Stop aux licenciements

Comité de solidarité avec les travailleurs de Bridgestone Frameries.

Les travailleurs de Bridgestone, unis et en front commun, sont en grève depuis le 11 juin. Face à eux, la direction de l'entreprise maintient une attitude de combat, très déterminée. Alors que l'entreprise a fait plus de 5 millions d'Euros de bénéfice l'an dernier, la direction ne cache même plus son intention de licencier d'autres travailleurs dans un avenir proche. Elle est soutenue par la fédération patronale de la chimie, Essenscia, qui traîne les grévistes dans la boue, les présente comme des voyous et des casseurs. Alors que les congés commencent, le conflit chez Bridgestone devient une épreuve de force importante pour l'ensemble du monde du travail, qui devra une fois de plus mener de durs combats dès la rentrée, pour l'emploi, contre la précarité et l'austérité. Face à la solidarité patronale, la solidarité du monde du travail et de la population doit s'affirmer. Le rassemblement d'aujourd'hui est un premier pas.

Voilà pourquoi nous lançons un appel à constituer
UN COMITE DE SOLIDARITE PLURALISTE AVEC LES GREVISTES DE BRIDGESTONE  POUR NE PLUS AFFRONTER SEUL LES LICENCIEMENTS BAS LES PATTES DES DELEGUES DES TRAVAILLEURS SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS EN LUTTE.

Signez l'appel
Pour signer l’appel envoyez un mail à :
invernizzi.sandra(at)skynet.be
tel: 0494/30.68.35

Thierry Bodson Secrétaire général FGTB wallonne | Ricotta Roberto | Céline Caudron | André Henry | Sandra Invernizzi | Daniel Tanuro | Stanislas Thyri | Freddy Mathieu – NPA | Pierre Denoël – NPA | Cornet Clement | Dusaussois Benjamin | Delcros Stephane | Beugnies John | Beugnies Jacky | Cannestra Barto | Petit Laurent | Degrugillier Jacqueline | Boulet Juliette – Députée Ecolo | Henneuse Pascal | Devriese Eric – Secrétaire CG FGTB | Dupont Jacques | Jungst Henriette | Vargas Gary | Lagrange Martin | Van Driessche | Dutrieux Michel | Michels Thérèse – PTB | Bognanni Giuseppe | Petit Jean Claude | Derudder André | Cardinal Valérie | Carlier Anne | Despiegeleer Arnold | Van Praet Alain – NPA | Demoustier Mauricette | Lecocq Muriel | Poncelet Geoffrey | Croix Hubert | Lepoivre Caroline | Alu Giovanna | Defourny Florence – J-FGTB | Levy Simon | Gilles Maufroy | Denis Horman – LCR | Martin Laurent | Ataulfo Riera | Enzo Scaletta | Thomas Weyts | Ginette Bauwens | Christine Vanden Daelen | Eric Laurent | Jean Van Weymens | Michel Jacquet | Michel Jadin | Hughes Lefebvre | Giovanni Dalbono | Guy Delaunois | Jean-Luc Poncelet | Pierre Lower | Dino Silverstrain | Giovanni Troletti | Jean-Luc Papier | Daniel Bayeri | Robert Lorent | Daniel Cheron | Jean-Marie Carton | Alain Sonnet | Freddy De Pauw – Journalist | Léon Gosselain - conseiller communal honoraire à Ath et militant eco-socialiste autogestionnaire| Herman Van Laer- FGTB Evonik | Dominique Waroquiez – LCR | Melody Imbach – productrice | Thomas Weyts –BBTK | Christine Gehenot | Cristina Gay - Une Autre Gauche | Olivier Cattelain -Secrétaire permanent CNE | Patrick BRASSEUR - Conseiller FGTB | Michel DELVAUX – MWB-FGTB | Guilmot christian - GAZELCO CGSP FGTB | Freddy
- délégué principal CSC Transcom | Jean-Claude Vannieuwenhuyze - CSC| Ginette Bauwens | Valeer Vantyghem - ex délégué Ardovries (alimentation) Roulers | Christine Vanden Daelen | Cathy Gorjàn - artiste peintre | Marie- Claire Depas – prépensionnée | Bernard Wauthy | Maurice Fabrot – délégué SETCa BNP Fortis | Patrice Lambert | Gilles Smedts, Porte Parole du Parti Humaniste | Jeannine GARCIA - Déléguée CGSP FOREM Liège | BEN FREDJ MOHAMED, Technicien Field Pc | M'rini Mohamed, Technicien Team Leader, Alliance Econocom – EMS | ALLALI Hamid, Employé | Olivier CAILLOUX - Chercheur ULB | Thierry DELFORGE - CGSP Enseignement Bruxelles | Michel VAN ETON - délégué syndical Tech Space Aero | Fabienne DE LELYS - formatrice syndicale | Horia BOUBKER – employée | Claudine POLET - membre du MPDS | Serge VIAENE - chômeur, ancien délégué syndical Motte Mouscron | Monique BLAES, enseignante retraitée | Caroline GOURMET, psychologue | Martin WILLEMS, secrétaire syndical adjoint SETCA BHV | Laurent VANHAELEN - technicien | Roger GODDIN - délégué régional SEL-SETCA Brabant wallon | Alain BLAISE délégué CG FGTB Chimie Mima Films | Nadine ROSA ROSSO - enseignante | Luk VERVAET -"Egalité" | Jean-Claude Cols - ATTAC Bruxelles 1 | Francis Houart | Vincent Devaux –Enseignant | Guy Van Sinoy - délégué CGSP et militant de la LCR | Jean Luc Dossin -Conseiller en environnement FGTB | Cecilia SIDDI - Cellule Lutte Contre les Discriminations Cepag | Clabots Johanna | David Baele - travailleur socio-culturel, bénévole a l'asbl Uilekot | Patrice Lambert | Francotte Etienne - animateur pour la MWB FGTB |

18/07/2009

Frameries - Bridgestone

TELECHARGER LE TRACT DU PTB


Résistance exemplaire des travailleurs de Bridgestone à Frameries.

La société Bridgestone Frameries, spécialisée dans le rechapage de pneus d’avion, est en très bonne santé économique et financière : tous les ratios étudiés sont fort positifs et en augmentation par rapport à 2007. Le chiffre d’affaires est passé entre 2007 et 2008 de 53,2 millions d’euros à 62,3 millions d’euros. Le bénéfice de l’entreprise a doublé puisqu’il est passé de 2,5 millions d’euros en 2007 à 5,2 millions d’euros en 2008.

La bonne santé de l’entreprise est due principalement au travail fourni par les 180 ouvriers et employés. En effet, chaque travailleur a rapporté en 2008 74.090 euros ce qui est 21.500 euros de plus qu’en 2007. Cependant, cela n’a pas été rendu aux travailleurs puisque 2,59 millions ont servi à rémunérer le capital.

Pour arriver à un niveau si élevé de bénéfice, l’entreprise perçoit aussi de nombreux avantages et ne répond pas à ses engagements vis-à-vis des travailleurs notamment en termes de formation. Ainsi, rien qu’en 2008, les intérêts notionnels, les réductions des cotisations de sécurité sociale et les économies au niveau de la formation ont permis à l’entreprise d’épargner 1,14 millions d’euros.

L’entreprise utilise depuis plusieurs années des travailleurs sous contrats précaires que ce soit sous forme de CDD (Contrats à Durée Déterminée) ou d’intérimaires. En 2008, elle a fait appel sur l’année à 11 intérimaires et 21 CDD. Cela démontre qu’il y a beaucoup de travail puisque l’entreprise est obligée d’engager des travailleurs extérieurs.

Pourtant, à la surprise générale, la direction de Bridgestone Frameries décide le 11 juin 2009 de licencier brutalement 8 travailleurs dont le délégué principal de la FGTB, par ailleurs secrétaire du conseil d’entreprise et présent sur le site depuis 1980, en invoquant la délocalisation du magasin "pneus" à Zeebruges.

Cette décision unilatérale va à l'encontre de la dernière convention collective de travail conclue sur le plan de l'entreprise pour les années 2007-2008 et 2009, à savoir pour l'article 1 de la CCT : "L'entreprise mettra tout en œuvre en vue d'éviter des licenciements pour raisons économiques et techniques. Si des difficultés surviennent en la matière, il est préalablement instauré un régime de chômage partiel, si possible par roulement."

Ces licenciements étant inacceptables, les travailleurs partent en grève en front commun le jour-même. Aujourd’hui cela fait un mois qu’ils mènent une résistance courageuse face à la violence patronale qui refuse tout dialogue alors que des pistes sérieuses pourraient être envisagées via, par exemple, un reclassement des travailleurs concernés à la production en remplacement de futurs prépensionnés.

Au lieu de ça, cette même direction a tenté, heureusement sans succès, de diaboliser ces pères de famille en inventant des actes de violence et des séquestrations imaginaires. Nous ne sommes pas dupes, ces licenciements prouvent que pour Bridgestone, un travailleur n'a rien d'humain, il n'est qu'une marchandise comme une autre. Bridgestone ne se soucie pas de la détresse familiale provoquée par la perte d'un emploi. Leur seul et unique souci, c'est la maximisation de leur profit.

Comment interpréter le mutisme de la direction après un mois de grève ? Elle espère évidemment un essoufflement de la contestation en laissant pourrir la situation mais ne s'imaginait pas rencontrer une telle détermination des travailleurs.

Le PTB soutient avec force les travailleurs de Bridgestone qui mènent une lutte exemplaire et qui demandent purement et simplement la réintégration des 8 travailleurs licenciés. C’est pourquoi, dans un cadre plus large,  nous attendons du gouvernement des mesures d’urgence sociale comme l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

Face à la détermination arrogante de la direction, la détermination du monde du travail doit être forte et durable. Ainsi, un mouvement de solidarité des travailleurs de Bridgestone Frameries a été créé sur Facebook à l'initiative de Florence Defourny (Service Jeunes FGTB), ainsi qu’un comité de soutien.

Camarades, allons manifester notre soutien aux travailleurs de Bridgestone Frameries en nous rendant au piquet de grève. Notre présence, avec celle de toute la gauche anticapitaliste, rechargera les batteries des travailleurs et pourrait faire de cette lutte le symbole de l’unité de la classe ouvrière face aux attaques patronales.

John B.

La délégation syndicale de Bridgestone, FGTB et CSC, a décidé d’ouvrir un compte de solidarité où les fonds versés seront destinés aux ouvriers en grève :


Numéro de compte: 035–7064230-52.

En communication: S.T.Bridgestone.
 

Bridgestone. Piquet + pneus.14.07.09

Bridgestone. Piquet de grève le 6 juillet 2009

Bridgestone. Piquet du matin.14.07.09

Bridgestone. piquet.14.07.09

 

TELECHARGER LE TRACT DU PTB

Bridgestone à Frameries : la force d’une délégation soudée

Vendredi 10 juillet, La Province (Sudpresse) publie un interview du patron Clarinval. Concernant les 8 ouvriers licenciés, celui-ci déclare: « on leur retrouve un job dans les environs, avec en plus une enveloppe de 30.000 € bruts pour certains. Que faut-il de plus ? »

Alain Denooze, secrétaire de la Centrale générale (FGTB) répond immédiatement dans La Province du lendemain : « M. Clarinval veut faire croire que les ouvriers vont toucher le pactole alors que la direction ne leur « offre » que le préavis légal plus une indemnité d’un à deux mois de salaire selon l’ancienneté de chacun ».

Au piquet de Bridgestone, nous recevons des explications complémentaires : « Les sommes de 20.000 et 30.000 €, ce sont les préavis légaux. De toute façon, jusqu’à présent les ouvriers licenciés ont touché entre 4000 et 17.000 €. Il ne faut pas oublier que durant la période du préavis, entre 6 et 9 mois, les ouvriers concernés ne toucheront pas d’autre revenu. Et ces sommes sont évidemment fortement taxées. Question de l’enveloppe supplémentaire il n’y a rien de concret. »


La délégation syndicale a déjà montré sa bonne volonté.

La délégation et les ouvriers avaient montré leur bonne volonté lorsque le patron leur a annoncé son « projet » de transférer le stock de pneus à Zeebruges. Le projet a été annoncé au Conseil d’Entreprise du 27 mai, en fin de réunion. Le lendemain, 28 mai, en négociation, la délégation syndicale propose le reclassement des ouvriers du magasin de pneus dans la production. Des ouvriers qui faisaient l’horaire du jour mais qui étaient d’accord de tourner à nouveau à 3 pauses, malgré leur âge. Ces ouvriers ont déjà travaillé dans la production par le passé, ils connaissent donc le travail. La négociation n’a pas abouti. Mais malgré cela, dès le 2 juin le patron mettait en application son « projet » !  Les pneus étaient embarqués par les transporteurs de 2XL « A ce moment-là, nous avons laissé partir les pneus, nous pensions que lors de la suivante négociation, une solution serait dégagée ! »

Malgré les différentes propositions syndicales, la Direction n’a rien voulu entendre, et c’est ainsi que le 11 juin, les 8 ouvriers ont été appelé à la Direction pour rendre leur badge. Alors qu’ils n’avaient même pas encore reçu leur C4. Les ouvriers ont réagi immédiatement et sont partis en grève.

Le chômage économique aurait été une solution.


La proposition de la délégation de reclasser les 8 ouvriers dans la production, était réalisable quitte à organiser le chômage partiel. Clarinval déclare que le chômage économique est impossible parce que l’usine n’est pas en difficulté économique.

Les délégués nous expliquent qu’ils ne demandaient pas du chômage économique, mais le chômage partiel, et que cela est tout à fait possible à condition de demander une dérogation.

Un ouvrier intervient : « je comprends pourquoi la Direction fait appel à une firme de sous-traitance de Zeebruges ! Nous leur avons posé la question aux chauffeurs des camions de 2XL : ce sont des transporteurs polonais qui gagnent 780 € par mois. C’est ça la sous-traitance ! »

Un autre ouvrier : « Le but est de décapiter la délégation syndicale, en vue de la CCT de l’année prochaine ! »

« C’est vrai que nous avons une délégation soudée, CSC – FGTB, et le patron a tout intérêt à les affaiblir. En délocalisant le magasin, le patron a trouvé là une bonne opportunité pour lui de toucher à un délégué, le délégué principal FGTB. S’il aboutit, il affaiblit une équipe. Pas seulement pour la CCT, pour tout. »

« Quand je vois ça je suis révolté », dit un collègue. « Entretemps, la Direction jette l’argent par les fenêtres. Voyez la Société de gardiennage qu’elle a engagée pour « protéger l’usine » ! Alors que nous sommes là, jour et nuit. Nous sommes les premiers à vouloir garder intact notre outil de travail ! Depuis le début de la grève, combien coûtent ces gardes, entre 10 et 12 tous les jours ? C’est pas une provocation, ça ? »

« Et les voitures de leasing qui sont là ! Il y a 10 ans, il n’y en avait que deux. Aujourd’hui, 15 directeurs ont leur voiture de service, il faut compter aussi leurs cartes à essence et leurs cartes visa ! D’ailleurs dans le bilan de l’entreprise, les dépenses « non-admises » s’élèvent à 750.000 €. Alors, pourquoi faire le difficile pour 8 ouvriers ?! ».

Visite à l’Ambassade du Japon

Lundi 13 juillet, la délégation syndicale s’est rendue à l’Ambassade du Japon dans le but d’obtenir une entrevue avec la Direction supérieure de Bridgestone qui a son siège au japon. Ils y ont remis le dossier de Bridgestone et ont fait comprendre aux fonctionnaires de l’Ambassade que la Direction du Japon n’est pas respectueux envers les travailleurs de Bridgestone, car jusqu’à présent ils n’ont pas accepté de les rencontrer. Espérant que les Japonais tiennent à leur image, la délégation espère une réaction rapide.

Voilà quelques témoignages de travailleurs de Bridgestone. Après 5 semaines de grève ils sont plus que jamais décidés de continuer.

Ils méritent un soutien important !


Pour rappel, le numéro de compte ouvert par la délégation syndicale en front commun :

N°: 035–7064230-52.        Mention : S.T.Bridgestone.

Thérèse M.

12/07/2009

La FEB présente les quatre cartouches de son fusil anti-crise

Quand le gouvernement prépare un plan d’économies, les patrons de la FEB (Fédération des Entreprises Belgique) sont toujours les premiers à faire connaître leur desiderata. Et, cette fois-ci, ils font froid dans le dos.

Jo CottenierFEB


Plan de la FEB pour résoudre la crise : renforcer la mise au travail des +55 ans. Sera-t-il encore possible de profiter d'une pension bien méritée dans quelques années? (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Pieter Timmermans, le directeur général de la FEB, démarre avec un constat fort: « On flirte avec des chiffres de déficit et de taux d’endettement d’il y a vingt ans. On est pratiquement revenu à la situation des années 80. Et les gens vont comprendre qu’il faut prendre des mesures maintenant, avec un effet croissant . »

Cette façon de présenter les choses nous rappelle qu’il y a deux façons de mentir : par ce qu’on dit ou par ce qu’on ne dit pas. Le tout est de savoir POURQUOI on est pratiquement revenu à la situation des années 80. C’est pourtant très simple : parce que l’Etat a dû verser des sommes gigantesques pour secourir les banques. Parce que la chasse au profit maximum a entraîné l’économie mondiale dans la plus grande crise depuis les années 30. « Les gens vont comprendre qu’il faut prendre des mesures » dit Timmermans. Bien sûr que les gens comprennent. Le tout est de savoir LESQUELLES. Si on saute la question des responsabilités, tout le débat sur les mesures est faussé.

La FEB veut « aider à la décision ». Elle a donc préparé quatre cartouches.


1. Travailler plus longtemps


C’est la cartouche principale : travailler plus longtemps, notamment en remettant les chômeurs et les personnes de plus de 55 ans au travail. Bref, un pacte des générations bis. Le pacte de 2005 s’est attaqué à la prépension en rendant les conditions pour y accéder plus sévères, notamment en terme de carrière. La prépension à 50, 52 ou 55 ans reste possible en cas de restructuration avec licenciement massif, mais les prépensionnés doivent rester disponibles pour le marché de travail, ce qui n’était pas le cas avant le pacte des générations.

La FEB suggère deux voies : ou bien changer la loi sur la prépension en cas de restructuration, ou bien étendre le système de contrôle systématique des chômeurs au-delà de 50 ans, avec obligation d’accepter un boulot ou une formation. La FEB a même déjà pensé à la tactique à suivre : « Les plus de 50 ans ne sont pas soumis à la procédure d’activation des chômeurs. Faut-il le faire ? Discutons-en. Il ne faut pas aller nécessairement jusqu’à 60 ans d’un coup. Mais on peut le faire graduellement comme on l’a fait pour l’âge de la pension des femmes, il y a quelques années. Beaucoup de mesures, justifiées par la crise, peuvent être introduites maintenant et s’appliquer progressivement dans les années à venir. »


2. Extension du travail intérimaire


« Tout le monde dit qu’il faut mettre plus de gens au travail, mais il y a encore des réticences sur l’intérim » dit Timmermans. C’est une vieille demande qui émane surtout de Federgon, la fédération des sociétés d’intérim. Leur demande est double :

1° autoriser le travail intérimaire dans les secteurs « protégés » comme les services publics et le secteur du déménagement

2° abolir les limites légales pour pouvoir faire appel au travail intérimaire.

Jusqu’ici la loi prévoit trois circonstances précises qui justifient le travail intérimaire, ce qui permet aux syndicats de mettre des freins. Le patronat veut un quatrième critère : l’intérim comme passage vers un boulot stable. C’est à dire n’importe quand. La crise nous a montré à quoi servent les contrats d’intérim : ce sont les premières victimes d’une mauvaise conjoncture. Dans les services publics ils serviraient à redoubler l’offensive contre les contrats statutaires, qui est menée jusqu’ici par l’augmentation fulgurante de contractuels.


3. Une pension plus basse pour ceux qui partent plus tôt


La FEB propose une réforme fondamentale du système légal de pension (premier pilier). Pieter Timmermans a précisé sa pensée au micro de la RTBF-radio. Il veut un système de pension comme en Suède ou en Italie. Il faut rappeler que Berlusconi a dû braver trois grèves générales en Italie avant de pouvoir introduire sa réforme. Elle consiste à rendre la pension dépendante non seulement du nombre d’années travaillées, mais également de l’espérance de vie qu’on a devant soi. Bref, plus tôt on part en pension, moins on touche. Le pacte entre génération a introduit des bonus pour ceux qui travaillent plus longtemps. La FEB veut en fait des malus pour ceux qui prennent une pension anticipée. 


4. Allonger le temps de travail

Travailler plus en nombre d’heures pour alléger les coûts pour les patrons, pour qu’ils créent plus d’emplois. Ici c’est vraiment de l’algèbre patronal. « Sur base annuelle, la Belgique est dans le top trois des pays où l’on travaille le moins d’heures. Mais en même temps, le taux d’emploi est le plus faible d’Europe, surtout parmi les plus de 50 ans. Donc diminuer le temps de travail des uns pour donner de l’emploi à d’autres, ce sera difficile. » Diminuer le temps de travail ou la carrière des plus âgé(e)s, pour donner de l’emploi aux jeunes chômeurs peut sembler une nécessité évidente en temps de crise. Pour la FEB, c’est l’inverse qu’il faut faire. Démonstration ? C’est dans les pays qui ont le taux d’emploi le plus élevé pour les travailleurs âgés, qu’il y a aussi moins de chômage des jeunes. La FEB pourrait peut-être en conclure que le problème se situe avant tout au niveau de l’offre d’emploi, lui a répondu le président de la CSC, Luc Cortebeeck.
Réactions syndicales

« C’est cynique de proposer de remettre les plus de 50 ans au travail alors qu’il y a des milliers de pertes d’emploi sur le terrain » réagit Anne Demelenne, la secrétaire générale de la FGTB.

La CSC trouve que « la FEB a l’intention de faire payer cette crise par les travailleurs (alors que) c’est aux épaules les plus larges à supporter les charges les plus lourdes. » La CSC estime enfin que « la seule réponse que la FEB a trouvée pour répondre à l’augmentation dramatique du taux de chômage, surtout chez les jeunes, consiste à presser les chômeurs âgés. Or, c’est le chômage qu’il faut combattre et non les chômeurs ! ».

Pour en savoir plus
L’université marxiste d’été
Taxons les pauvres, ils sont plus nombreux ! (26 août) Marco Van Hees
La crise du système :
- La grande crise du 21e siècle - introduction (22-23 août) Henri Houben
- La grande crise du 21e siècle - séminaire (24-26 août) Henri Houben
- L’État peut-il sauver l’économie ? (24-25 août) Louis Colson
- Pistes rouges pour sortie de crise (26 août) Raoul Hedebouw
Info et inscriptions sur le site www.marx.be.
Les lecteurs de Solidaire qui s’inscrivent avant le 10 juillet bénéficient d’un tarif préférentiel

Marx, les crises du capitalisme.

Marxlescrisesducapitalisme

Livre :: Marx nous explique les crises actuelles

La chasse aux sorcières, les dévoiements du capitalisme étatique de certains pays dits communistes, le triomphe du libéralisme… ont relégué certaines des analyses économiques des plus pertinentes sous prétexte d’une orientation idéologique de leur auteur. Marx a naturellement été la victime de cette catégorisation qui balaie toute possibilité d’honnêteté intellectuelle permettant la reconnaissance de l’acuité d’une analyse. Mais dans la crise actuelle, un retour aux préceptes marxistes de l’économie peut être particulièrement éclairant. Pour lui, les crises sont une matière inhérente au capitalisme, qui à la recherche incessante du profit incite à produire toujours plus dans un contexte de consommation limitée. Lorsque la surproduction apparaît, on réduit alors la production et impose le chômage partiel et les licenciements. La conflagration suit : faillites, chute des actions, misère sociale… Revenir à des analyses passées permet parfois de bien mieux comprendre le présent.

Karl Marx, les crises du capitalisme, texte inédit, Demopolis, 2009, 14€

23/06/2009

Le PTB+ dit NON à la fermeture de l'atelier SNCB de Cuesmes.

Téléchargez le tract distribué lors de la dernière campagne électorale du PTB+ en soutien aux cheminots de l'arsenal de Cuesmes (SNCB), contre la fermeture de cet atelier (prévu en 2012 ....si on ne fait rien).