03/09/2009

interdire les licenciements dans les entreprises bénéficiaires !

Première mesure à prendre dans le plan de relance économique : interdire les licenciements dans les entreprises bénéficiaires !


Image caterpilar pour blog compCe n’est pas le PTB qui le dit, c’est notre ministre des finances. Selon Didier Reynders : « pour sortir de la crise actuelle, il faut redonner confiance au consommateur ».


En y réfléchissant bien, dans les familles de travailleurs, quel est le principal frein à l’investissement ? Qu’est-ce qui nous fait réellement hésiter à construire ou acheter une nouvelle habitation, investir dans l’isolation, dans l’achat d’une nouvelle voiture moins polluante, une nouvelle chaudière économique, etc… ? La première chose à laquelle on pense, c’est : « oui mais, si je perds mon boulot, comment on va faire pour s’en sortir… ? ».


Il y a quelques années, lorsqu’on travaillait dans une entreprise en difficulté, on éprouvait tout logiquement cette inquiétude. Aujourd’hui, une entreprise largement bénéficiaire licencie « par anticipation » au nom de la bonne gestion alors qu’il serait tout à fait possible de redéfinir les productions sans léser les salariés. La raison invoquée est la réorganisation de l'entreprise afin de sauvegarder sa compétitivité même si les difficultés ne sont pas encore concrétisées. En réalité, la finalité unique est de faire des bénéfices plus élevés pour satisfaire l’appétit des actionnaires.


Les conséquences sont énormes sur la confiance du « consommateur », pour reprendre les termes Monsieur Reynders. Si, même dans des entreprises bénéficiaires, vous risquez de perdre votre job, naturellement vous n’oserez pas investir.


C’est pourquoi, nous sommes persuadés, au PTB, qu’un des meilleurs moyens d’activer la relance économique, serait d’interdire les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

John B.

12/07/2009

La FEB présente les quatre cartouches de son fusil anti-crise

Quand le gouvernement prépare un plan d’économies, les patrons de la FEB (Fédération des Entreprises Belgique) sont toujours les premiers à faire connaître leur desiderata. Et, cette fois-ci, ils font froid dans le dos.

Jo CottenierFEB


Plan de la FEB pour résoudre la crise : renforcer la mise au travail des +55 ans. Sera-t-il encore possible de profiter d'une pension bien méritée dans quelques années? (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Pieter Timmermans, le directeur général de la FEB, démarre avec un constat fort: « On flirte avec des chiffres de déficit et de taux d’endettement d’il y a vingt ans. On est pratiquement revenu à la situation des années 80. Et les gens vont comprendre qu’il faut prendre des mesures maintenant, avec un effet croissant . »

Cette façon de présenter les choses nous rappelle qu’il y a deux façons de mentir : par ce qu’on dit ou par ce qu’on ne dit pas. Le tout est de savoir POURQUOI on est pratiquement revenu à la situation des années 80. C’est pourtant très simple : parce que l’Etat a dû verser des sommes gigantesques pour secourir les banques. Parce que la chasse au profit maximum a entraîné l’économie mondiale dans la plus grande crise depuis les années 30. « Les gens vont comprendre qu’il faut prendre des mesures » dit Timmermans. Bien sûr que les gens comprennent. Le tout est de savoir LESQUELLES. Si on saute la question des responsabilités, tout le débat sur les mesures est faussé.

La FEB veut « aider à la décision ». Elle a donc préparé quatre cartouches.


1. Travailler plus longtemps


C’est la cartouche principale : travailler plus longtemps, notamment en remettant les chômeurs et les personnes de plus de 55 ans au travail. Bref, un pacte des générations bis. Le pacte de 2005 s’est attaqué à la prépension en rendant les conditions pour y accéder plus sévères, notamment en terme de carrière. La prépension à 50, 52 ou 55 ans reste possible en cas de restructuration avec licenciement massif, mais les prépensionnés doivent rester disponibles pour le marché de travail, ce qui n’était pas le cas avant le pacte des générations.

La FEB suggère deux voies : ou bien changer la loi sur la prépension en cas de restructuration, ou bien étendre le système de contrôle systématique des chômeurs au-delà de 50 ans, avec obligation d’accepter un boulot ou une formation. La FEB a même déjà pensé à la tactique à suivre : « Les plus de 50 ans ne sont pas soumis à la procédure d’activation des chômeurs. Faut-il le faire ? Discutons-en. Il ne faut pas aller nécessairement jusqu’à 60 ans d’un coup. Mais on peut le faire graduellement comme on l’a fait pour l’âge de la pension des femmes, il y a quelques années. Beaucoup de mesures, justifiées par la crise, peuvent être introduites maintenant et s’appliquer progressivement dans les années à venir. »


2. Extension du travail intérimaire


« Tout le monde dit qu’il faut mettre plus de gens au travail, mais il y a encore des réticences sur l’intérim » dit Timmermans. C’est une vieille demande qui émane surtout de Federgon, la fédération des sociétés d’intérim. Leur demande est double :

1° autoriser le travail intérimaire dans les secteurs « protégés » comme les services publics et le secteur du déménagement

2° abolir les limites légales pour pouvoir faire appel au travail intérimaire.

Jusqu’ici la loi prévoit trois circonstances précises qui justifient le travail intérimaire, ce qui permet aux syndicats de mettre des freins. Le patronat veut un quatrième critère : l’intérim comme passage vers un boulot stable. C’est à dire n’importe quand. La crise nous a montré à quoi servent les contrats d’intérim : ce sont les premières victimes d’une mauvaise conjoncture. Dans les services publics ils serviraient à redoubler l’offensive contre les contrats statutaires, qui est menée jusqu’ici par l’augmentation fulgurante de contractuels.


3. Une pension plus basse pour ceux qui partent plus tôt


La FEB propose une réforme fondamentale du système légal de pension (premier pilier). Pieter Timmermans a précisé sa pensée au micro de la RTBF-radio. Il veut un système de pension comme en Suède ou en Italie. Il faut rappeler que Berlusconi a dû braver trois grèves générales en Italie avant de pouvoir introduire sa réforme. Elle consiste à rendre la pension dépendante non seulement du nombre d’années travaillées, mais également de l’espérance de vie qu’on a devant soi. Bref, plus tôt on part en pension, moins on touche. Le pacte entre génération a introduit des bonus pour ceux qui travaillent plus longtemps. La FEB veut en fait des malus pour ceux qui prennent une pension anticipée. 


4. Allonger le temps de travail

Travailler plus en nombre d’heures pour alléger les coûts pour les patrons, pour qu’ils créent plus d’emplois. Ici c’est vraiment de l’algèbre patronal. « Sur base annuelle, la Belgique est dans le top trois des pays où l’on travaille le moins d’heures. Mais en même temps, le taux d’emploi est le plus faible d’Europe, surtout parmi les plus de 50 ans. Donc diminuer le temps de travail des uns pour donner de l’emploi à d’autres, ce sera difficile. » Diminuer le temps de travail ou la carrière des plus âgé(e)s, pour donner de l’emploi aux jeunes chômeurs peut sembler une nécessité évidente en temps de crise. Pour la FEB, c’est l’inverse qu’il faut faire. Démonstration ? C’est dans les pays qui ont le taux d’emploi le plus élevé pour les travailleurs âgés, qu’il y a aussi moins de chômage des jeunes. La FEB pourrait peut-être en conclure que le problème se situe avant tout au niveau de l’offre d’emploi, lui a répondu le président de la CSC, Luc Cortebeeck.
Réactions syndicales

« C’est cynique de proposer de remettre les plus de 50 ans au travail alors qu’il y a des milliers de pertes d’emploi sur le terrain » réagit Anne Demelenne, la secrétaire générale de la FGTB.

La CSC trouve que « la FEB a l’intention de faire payer cette crise par les travailleurs (alors que) c’est aux épaules les plus larges à supporter les charges les plus lourdes. » La CSC estime enfin que « la seule réponse que la FEB a trouvée pour répondre à l’augmentation dramatique du taux de chômage, surtout chez les jeunes, consiste à presser les chômeurs âgés. Or, c’est le chômage qu’il faut combattre et non les chômeurs ! ».

Pour en savoir plus
L’université marxiste d’été
Taxons les pauvres, ils sont plus nombreux ! (26 août) Marco Van Hees
La crise du système :
- La grande crise du 21e siècle - introduction (22-23 août) Henri Houben
- La grande crise du 21e siècle - séminaire (24-26 août) Henri Houben
- L’État peut-il sauver l’économie ? (24-25 août) Louis Colson
- Pistes rouges pour sortie de crise (26 août) Raoul Hedebouw
Info et inscriptions sur le site www.marx.be.
Les lecteurs de Solidaire qui s’inscrivent avant le 10 juillet bénéficient d’un tarif préférentiel