17/08/2009

Bridgestone Frameries - Inteview d'Alain Denooze (FGTB) et de Salvatore Acquisto (CSC); au lendemain de la reprise.

Alain Denooze“Le vote serré montre qu'il y a là une force solidaire”.

Alain Denooze, Secrétaire de la Centrale Générale (FGTB)

Interview

Vous avez connu de nombreuses restructurations et grèves, comment vous appréciez la réaction des travailleurs de Bridgestone ?

Alain Denooze : "Je profite de cet interview, au nom des travailleurs de Bridgestone et de la Centrale générale, pour remercier le PTB pour son soutien financier, et pour le soutien moral des différentes délégations tout au long de leur grève. Nous allons d'ailleurs adresser une lettre de remerciement à toutes les diverses délégations qui sont venues ou qui ont versé pour le fonds qui a rassemblé 7500 € !"

"Oui, j'ai connu pas mal de grèves, mais celle-ci était une des plus longues et des plus dures, car il y avait une lutte de principe. Parce que la Direction est passée outre la Convention collective (CCT) de facon inattendue, et surtout parce que, profitant de la fermeture du magasin, elle a voulu se débarrasser d'un délégué combatif, Maurice. Elle n'avait pas oublié la grève de 2007 pour la CCT, et qui a duré 2 semaines. Une CCT complète avec la prépension et une augmentation de pouvoir d'achat qui allait au-delà de la norme salariale. C'est pour ça qu'ils ont saisi l'occasion de la fermeture du magasin pour se débarrasser de Maurice, et c'est pour ca qu'ils ne voulaient pas reclasser des travailleurs en intene."

Comment avez-vous apprécié le vote donnant à 69 % de "non" lors de la première recommandation du bureau de conciliation ?

Alain Denooze: "Cette première proposition était très compliquée. Il y avait le reclassement des 8 dans d'autres entreprises, et le patron aurait payé la différence de salaire durant plusieurs années. Pour ca, il fallait un comité de surveillance qui devait vérifier les montants tous les trimestres. Mais surtout, ce 22 juillet, il y avait encore l'espoir d'obtenir une réintégration partielle en interne. On espérait que la Direction allait céder, pour au moins quelques travailleurs. Nous pensions aux ruptures de stock qui allait certainement arriver si on continuait encore une ou 2 semaines."

"Ce n'est que par la suite, que nous nous sommes rendus compte que nous étions devant un mur. Il n'y a pas eu de rupture de stock, les avions ont continué à voler. Mais comment le prédire ? Le patron savait ce qu'il faisait !"

"Mais ce qui est devenu encore plus clair, c'est que le patron ne voulait pas céder. Dans 'Le Soir' du 25 juillet, Clarinval annonce un message de l'actionnaire japonais: “la réintégration, ne serait-ce que d'un seul travailleur est exclue. Ils ne comprennent pas pourquoi une organisation syndicale nous pousserait à faire marche arrière. Entrer dans cette logique c'est reconnaitre que le management ne dirige plus la société”."


N'est-ce pas une attitude qu'adoptent tous les patrons, dans le but de décourager et intimider les travailleurs ?

Alain Denooze : "Dans la plupart des restructurations, il n'y a pas une attitude aussi tranchée. En général, nous arrivons à réduire le nombre de licenciements par des prépensions, des primes de départs volontaires, ou un partage du temps de travail. Ici Bridgestone en a fait une question de principe. Ensuite, lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, ils ont très clairement et officiellement menacé de délocalisation et de fermeture si la grève continuait. N'oublions pas que 60% des pneus rechappables sont confiés par le Japon à Bridgestone Frameries. 40% sont faits au Japon et aux USA. La menace de délocalisation était donc réelle. Imaginez que dans ces conditions, où les Japonais ne voulaient pas céder, on serait arrivé au rupture de stock, que des avions seraient cloués au sol. La maison mère au japon aurait pu décider le pire."

Et le deuxième vote (7 août), donnant 57 % pour la reprise du travail et 42 % contre, vous a-t-il étonné ?

Alain Denooze : "Non il ne m'a pas étonné, d'ailleurs je préfère un vote serré. Ca veut dire que les ouvriers étaient vraiment déterminés, qu'ils sont solidaires et prets à réagir. La Direction doit se rendre compte qu'elle n'a pas tout résolu, qu'il y a encore des tas de problèmes, entre autres au niveau communication. Il y a là une force solidaire dont ils doivent tenir compte."

"Et puis l'équipe des délégués est là, dont pas mal de jeunes, ils sont prets à reprendre le flambeau et ils ont les travailleurs derrière eux."

"Meme si nous n'avons pas obtenu la réintégration, ni de Maurice ni des autres travailleurs, il y a tout de même un très bon résultat (voir article “Chapeau aux travailleurs de Bridgestone”). Même pour le travailleur CDD licencié. Son contrat aurait pris fin à la fin août. Mais nous obtenons pour lui une prime de départ de 4000€ et un reclassement dans une autre entreprise, garanti durant 3 ans. Pour un des 8 licenciés, qui a une mauvaise santé, le patron maintient l'assurance hospitalisation DKV jusqu'à ses 60 ans. Il y a 8 CDD dans l'usine qui obtiennent un CDI. Nous avons tenu à obtenir ça pour eux, car ils ont été solidaires dans la grève. Tous les points obtenus, on ne les aurait pas eus sans la lutte !"


Au niveau des centrales syndicales, y a-t-il eu une solidarité ?

Alain Denooze: "absolument. Il y a eu de nombreuses visites de délégations et du soutien financier venant de partout. Beaucoup de Flamands du Limbourg, de Gand et d'Anvers, de la Centrale générale et de l'Alimentation. Des Wallons aussi. Les métallos ont été très solidaires aussi : des délégations du métal de Liège et d'un peu partout du Hainaut. L'usine Bridgestone de Herstal a fait grève 24h et les délégués de Frameries ont pu aller expliquer ce qui se passait ici à un meeting dans le réfectoire à Herstal ! Ensuite, ils ont manifesté ensemble, Herstal et Frameries, devant le siège Europe à Zaventem."

"La mobilisation s'est faite via des appels en interne au syndicat. Là on peut voir que le syndicalisme est toujours bien vivant. Et à Bridgestone à Frameries, il y a une ésuipe assez jeune, ça veut dire qu'il y a une relève."


Pourquoi le patron ne voulait-il pas remplacer des ouvriers de 64 ans par des jeunes ?

Salvatore Acquisto, secrétaire principal CSC Energie Chimie

Interview

“J'ai connu de très nombreuses restructurations, en général la réaction de solidarité pour des copains licenciés ou pour d'autres problèmes, c'est le même un peu partout. Mais ce qui est marquant ici c'est la durée de cette action de solidarité soit 58 jours et cela se passe pendant la période de vacances."

"Autre fait marquant dans cette grève, c'est qu'elle était anti-conformiste. Lorsqu'il y a des restructurations ou fermetures de département, en général nous pouvons négocier des prépensions ou d'autres solutions. Ici, depuis le début c'était impossible. Pourtant, à Bridgestone, il y a encore des ouvriers de + de 60 ans , qui font un travail lourd, pour lequel il faut beaucoup d'attention. Pourquoi ne pas les avoir remplacé par des plus jeunes ? Il y en avait parmi les 8 licenciés. Pourquoi ??! Ou peut être n'y avait-il que cette solution pour que le protégé puisse être licencié. Probablement un jour on connaîtra la vérité."

"Et ce que je n'ai jamais vécu ailleurs non plus, c'est que les travailleurs sont restés plus de 2 semaines devant l'entrée sans aucun contact. Il a fallu l'intervention de la Ministre de l'Emploi pour obtenir un premier contact."

"Concernant la première proposition, le vote à 69 % pour la rejeter ne m'a pas étonné. Pour les travailleurs  seule la réintégration pouvait mettre fin au conflit. Le projet avec un reclassement externe, avait un processus de contrôle très lourd à réaliser. En effet, les délégués et la direction auraient dû tous les 3 mois sur base des fiches de salaires des travailleurs reclassés vérifier s'ils avaient bien les mêmes salaires étant donné que la société garantissait le salaire plus les primes de Bridgestone, et calculer la différence à combler, cela pendant 5 ans pour 7 ouvriers et pendant 8 ans pour un ouvrier."

"Lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, il fallait examiner si les raisons d'ordre économique étaient reconnues ou pas. N'ayant pas d'accord, les organisations syndicales ont donc refusé de reconnaître ces motifs économiques. Mais la procédure prévoit que dans ce cas, le patron peut décider de licencier quand-même. Il y a donc eu “constat de carence”."

"Nous avons alors demandé aux travailleurs, lors de l'assemblée du 3 août, un mandat pour négocier, si possible des réintégrations, mais aussi une solution financière au cas où."

"Aujourd'hui, si on ne parle que de “réintégration”, c'est un échec. Mais si on regarde le tout: volet social et le reclassement immédiat des travailleurs licenciés, alors on peut dire que dans d'autres entreprises de la région, cela ne s'est jamais fait."

"D'ailleurs, je dois féliciter les travailleurs de Bridgestone pour leur détermination, j'en suis ébahi ! Et le vote final (42 % contre) prouve qu'il y avait encore des ouvriers qui voulaient continuer le combat. Le patron  devra  en tenir compte !"

23/07/2009

Bridgestone Frameries :: Stop aux licenciements

Comité de solidarité avec les travailleurs de Bridgestone Frameries.

Les travailleurs de Bridgestone, unis et en front commun, sont en grève depuis le 11 juin. Face à eux, la direction de l'entreprise maintient une attitude de combat, très déterminée. Alors que l'entreprise a fait plus de 5 millions d'Euros de bénéfice l'an dernier, la direction ne cache même plus son intention de licencier d'autres travailleurs dans un avenir proche. Elle est soutenue par la fédération patronale de la chimie, Essenscia, qui traîne les grévistes dans la boue, les présente comme des voyous et des casseurs. Alors que les congés commencent, le conflit chez Bridgestone devient une épreuve de force importante pour l'ensemble du monde du travail, qui devra une fois de plus mener de durs combats dès la rentrée, pour l'emploi, contre la précarité et l'austérité. Face à la solidarité patronale, la solidarité du monde du travail et de la population doit s'affirmer. Le rassemblement d'aujourd'hui est un premier pas.

Voilà pourquoi nous lançons un appel à constituer
UN COMITE DE SOLIDARITE PLURALISTE AVEC LES GREVISTES DE BRIDGESTONE  POUR NE PLUS AFFRONTER SEUL LES LICENCIEMENTS BAS LES PATTES DES DELEGUES DES TRAVAILLEURS SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS EN LUTTE.

Signez l'appel
Pour signer l’appel envoyez un mail à :
invernizzi.sandra(at)skynet.be
tel: 0494/30.68.35

Thierry Bodson Secrétaire général FGTB wallonne | Ricotta Roberto | Céline Caudron | André Henry | Sandra Invernizzi | Daniel Tanuro | Stanislas Thyri | Freddy Mathieu – NPA | Pierre Denoël – NPA | Cornet Clement | Dusaussois Benjamin | Delcros Stephane | Beugnies John | Beugnies Jacky | Cannestra Barto | Petit Laurent | Degrugillier Jacqueline | Boulet Juliette – Députée Ecolo | Henneuse Pascal | Devriese Eric – Secrétaire CG FGTB | Dupont Jacques | Jungst Henriette | Vargas Gary | Lagrange Martin | Van Driessche | Dutrieux Michel | Michels Thérèse – PTB | Bognanni Giuseppe | Petit Jean Claude | Derudder André | Cardinal Valérie | Carlier Anne | Despiegeleer Arnold | Van Praet Alain – NPA | Demoustier Mauricette | Lecocq Muriel | Poncelet Geoffrey | Croix Hubert | Lepoivre Caroline | Alu Giovanna | Defourny Florence – J-FGTB | Levy Simon | Gilles Maufroy | Denis Horman – LCR | Martin Laurent | Ataulfo Riera | Enzo Scaletta | Thomas Weyts | Ginette Bauwens | Christine Vanden Daelen | Eric Laurent | Jean Van Weymens | Michel Jacquet | Michel Jadin | Hughes Lefebvre | Giovanni Dalbono | Guy Delaunois | Jean-Luc Poncelet | Pierre Lower | Dino Silverstrain | Giovanni Troletti | Jean-Luc Papier | Daniel Bayeri | Robert Lorent | Daniel Cheron | Jean-Marie Carton | Alain Sonnet | Freddy De Pauw – Journalist | Léon Gosselain - conseiller communal honoraire à Ath et militant eco-socialiste autogestionnaire| Herman Van Laer- FGTB Evonik | Dominique Waroquiez – LCR | Melody Imbach – productrice | Thomas Weyts –BBTK | Christine Gehenot | Cristina Gay - Une Autre Gauche | Olivier Cattelain -Secrétaire permanent CNE | Patrick BRASSEUR - Conseiller FGTB | Michel DELVAUX – MWB-FGTB | Guilmot christian - GAZELCO CGSP FGTB | Freddy
- délégué principal CSC Transcom | Jean-Claude Vannieuwenhuyze - CSC| Ginette Bauwens | Valeer Vantyghem - ex délégué Ardovries (alimentation) Roulers | Christine Vanden Daelen | Cathy Gorjàn - artiste peintre | Marie- Claire Depas – prépensionnée | Bernard Wauthy | Maurice Fabrot – délégué SETCa BNP Fortis | Patrice Lambert | Gilles Smedts, Porte Parole du Parti Humaniste | Jeannine GARCIA - Déléguée CGSP FOREM Liège | BEN FREDJ MOHAMED, Technicien Field Pc | M'rini Mohamed, Technicien Team Leader, Alliance Econocom – EMS | ALLALI Hamid, Employé | Olivier CAILLOUX - Chercheur ULB | Thierry DELFORGE - CGSP Enseignement Bruxelles | Michel VAN ETON - délégué syndical Tech Space Aero | Fabienne DE LELYS - formatrice syndicale | Horia BOUBKER – employée | Claudine POLET - membre du MPDS | Serge VIAENE - chômeur, ancien délégué syndical Motte Mouscron | Monique BLAES, enseignante retraitée | Caroline GOURMET, psychologue | Martin WILLEMS, secrétaire syndical adjoint SETCA BHV | Laurent VANHAELEN - technicien | Roger GODDIN - délégué régional SEL-SETCA Brabant wallon | Alain BLAISE délégué CG FGTB Chimie Mima Films | Nadine ROSA ROSSO - enseignante | Luk VERVAET -"Egalité" | Jean-Claude Cols - ATTAC Bruxelles 1 | Francis Houart | Vincent Devaux –Enseignant | Guy Van Sinoy - délégué CGSP et militant de la LCR | Jean Luc Dossin -Conseiller en environnement FGTB | Cecilia SIDDI - Cellule Lutte Contre les Discriminations Cepag | Clabots Johanna | David Baele - travailleur socio-culturel, bénévole a l'asbl Uilekot | Patrice Lambert | Francotte Etienne - animateur pour la MWB FGTB |

18/07/2009

Frameries - Bridgestone

TELECHARGER LE TRACT DU PTB


Résistance exemplaire des travailleurs de Bridgestone à Frameries.

La société Bridgestone Frameries, spécialisée dans le rechapage de pneus d’avion, est en très bonne santé économique et financière : tous les ratios étudiés sont fort positifs et en augmentation par rapport à 2007. Le chiffre d’affaires est passé entre 2007 et 2008 de 53,2 millions d’euros à 62,3 millions d’euros. Le bénéfice de l’entreprise a doublé puisqu’il est passé de 2,5 millions d’euros en 2007 à 5,2 millions d’euros en 2008.

La bonne santé de l’entreprise est due principalement au travail fourni par les 180 ouvriers et employés. En effet, chaque travailleur a rapporté en 2008 74.090 euros ce qui est 21.500 euros de plus qu’en 2007. Cependant, cela n’a pas été rendu aux travailleurs puisque 2,59 millions ont servi à rémunérer le capital.

Pour arriver à un niveau si élevé de bénéfice, l’entreprise perçoit aussi de nombreux avantages et ne répond pas à ses engagements vis-à-vis des travailleurs notamment en termes de formation. Ainsi, rien qu’en 2008, les intérêts notionnels, les réductions des cotisations de sécurité sociale et les économies au niveau de la formation ont permis à l’entreprise d’épargner 1,14 millions d’euros.

L’entreprise utilise depuis plusieurs années des travailleurs sous contrats précaires que ce soit sous forme de CDD (Contrats à Durée Déterminée) ou d’intérimaires. En 2008, elle a fait appel sur l’année à 11 intérimaires et 21 CDD. Cela démontre qu’il y a beaucoup de travail puisque l’entreprise est obligée d’engager des travailleurs extérieurs.

Pourtant, à la surprise générale, la direction de Bridgestone Frameries décide le 11 juin 2009 de licencier brutalement 8 travailleurs dont le délégué principal de la FGTB, par ailleurs secrétaire du conseil d’entreprise et présent sur le site depuis 1980, en invoquant la délocalisation du magasin "pneus" à Zeebruges.

Cette décision unilatérale va à l'encontre de la dernière convention collective de travail conclue sur le plan de l'entreprise pour les années 2007-2008 et 2009, à savoir pour l'article 1 de la CCT : "L'entreprise mettra tout en œuvre en vue d'éviter des licenciements pour raisons économiques et techniques. Si des difficultés surviennent en la matière, il est préalablement instauré un régime de chômage partiel, si possible par roulement."

Ces licenciements étant inacceptables, les travailleurs partent en grève en front commun le jour-même. Aujourd’hui cela fait un mois qu’ils mènent une résistance courageuse face à la violence patronale qui refuse tout dialogue alors que des pistes sérieuses pourraient être envisagées via, par exemple, un reclassement des travailleurs concernés à la production en remplacement de futurs prépensionnés.

Au lieu de ça, cette même direction a tenté, heureusement sans succès, de diaboliser ces pères de famille en inventant des actes de violence et des séquestrations imaginaires. Nous ne sommes pas dupes, ces licenciements prouvent que pour Bridgestone, un travailleur n'a rien d'humain, il n'est qu'une marchandise comme une autre. Bridgestone ne se soucie pas de la détresse familiale provoquée par la perte d'un emploi. Leur seul et unique souci, c'est la maximisation de leur profit.

Comment interpréter le mutisme de la direction après un mois de grève ? Elle espère évidemment un essoufflement de la contestation en laissant pourrir la situation mais ne s'imaginait pas rencontrer une telle détermination des travailleurs.

Le PTB soutient avec force les travailleurs de Bridgestone qui mènent une lutte exemplaire et qui demandent purement et simplement la réintégration des 8 travailleurs licenciés. C’est pourquoi, dans un cadre plus large,  nous attendons du gouvernement des mesures d’urgence sociale comme l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

Face à la détermination arrogante de la direction, la détermination du monde du travail doit être forte et durable. Ainsi, un mouvement de solidarité des travailleurs de Bridgestone Frameries a été créé sur Facebook à l'initiative de Florence Defourny (Service Jeunes FGTB), ainsi qu’un comité de soutien.

Camarades, allons manifester notre soutien aux travailleurs de Bridgestone Frameries en nous rendant au piquet de grève. Notre présence, avec celle de toute la gauche anticapitaliste, rechargera les batteries des travailleurs et pourrait faire de cette lutte le symbole de l’unité de la classe ouvrière face aux attaques patronales.

John B.

La délégation syndicale de Bridgestone, FGTB et CSC, a décidé d’ouvrir un compte de solidarité où les fonds versés seront destinés aux ouvriers en grève :


Numéro de compte: 035–7064230-52.

En communication: S.T.Bridgestone.
 

Bridgestone. Piquet + pneus.14.07.09

Bridgestone. Piquet de grève le 6 juillet 2009

Bridgestone. Piquet du matin.14.07.09

Bridgestone. piquet.14.07.09

 

TELECHARGER LE TRACT DU PTB

Bridgestone à Frameries : la force d’une délégation soudée

Vendredi 10 juillet, La Province (Sudpresse) publie un interview du patron Clarinval. Concernant les 8 ouvriers licenciés, celui-ci déclare: « on leur retrouve un job dans les environs, avec en plus une enveloppe de 30.000 € bruts pour certains. Que faut-il de plus ? »

Alain Denooze, secrétaire de la Centrale générale (FGTB) répond immédiatement dans La Province du lendemain : « M. Clarinval veut faire croire que les ouvriers vont toucher le pactole alors que la direction ne leur « offre » que le préavis légal plus une indemnité d’un à deux mois de salaire selon l’ancienneté de chacun ».

Au piquet de Bridgestone, nous recevons des explications complémentaires : « Les sommes de 20.000 et 30.000 €, ce sont les préavis légaux. De toute façon, jusqu’à présent les ouvriers licenciés ont touché entre 4000 et 17.000 €. Il ne faut pas oublier que durant la période du préavis, entre 6 et 9 mois, les ouvriers concernés ne toucheront pas d’autre revenu. Et ces sommes sont évidemment fortement taxées. Question de l’enveloppe supplémentaire il n’y a rien de concret. »


La délégation syndicale a déjà montré sa bonne volonté.

La délégation et les ouvriers avaient montré leur bonne volonté lorsque le patron leur a annoncé son « projet » de transférer le stock de pneus à Zeebruges. Le projet a été annoncé au Conseil d’Entreprise du 27 mai, en fin de réunion. Le lendemain, 28 mai, en négociation, la délégation syndicale propose le reclassement des ouvriers du magasin de pneus dans la production. Des ouvriers qui faisaient l’horaire du jour mais qui étaient d’accord de tourner à nouveau à 3 pauses, malgré leur âge. Ces ouvriers ont déjà travaillé dans la production par le passé, ils connaissent donc le travail. La négociation n’a pas abouti. Mais malgré cela, dès le 2 juin le patron mettait en application son « projet » !  Les pneus étaient embarqués par les transporteurs de 2XL « A ce moment-là, nous avons laissé partir les pneus, nous pensions que lors de la suivante négociation, une solution serait dégagée ! »

Malgré les différentes propositions syndicales, la Direction n’a rien voulu entendre, et c’est ainsi que le 11 juin, les 8 ouvriers ont été appelé à la Direction pour rendre leur badge. Alors qu’ils n’avaient même pas encore reçu leur C4. Les ouvriers ont réagi immédiatement et sont partis en grève.

Le chômage économique aurait été une solution.


La proposition de la délégation de reclasser les 8 ouvriers dans la production, était réalisable quitte à organiser le chômage partiel. Clarinval déclare que le chômage économique est impossible parce que l’usine n’est pas en difficulté économique.

Les délégués nous expliquent qu’ils ne demandaient pas du chômage économique, mais le chômage partiel, et que cela est tout à fait possible à condition de demander une dérogation.

Un ouvrier intervient : « je comprends pourquoi la Direction fait appel à une firme de sous-traitance de Zeebruges ! Nous leur avons posé la question aux chauffeurs des camions de 2XL : ce sont des transporteurs polonais qui gagnent 780 € par mois. C’est ça la sous-traitance ! »

Un autre ouvrier : « Le but est de décapiter la délégation syndicale, en vue de la CCT de l’année prochaine ! »

« C’est vrai que nous avons une délégation soudée, CSC – FGTB, et le patron a tout intérêt à les affaiblir. En délocalisant le magasin, le patron a trouvé là une bonne opportunité pour lui de toucher à un délégué, le délégué principal FGTB. S’il aboutit, il affaiblit une équipe. Pas seulement pour la CCT, pour tout. »

« Quand je vois ça je suis révolté », dit un collègue. « Entretemps, la Direction jette l’argent par les fenêtres. Voyez la Société de gardiennage qu’elle a engagée pour « protéger l’usine » ! Alors que nous sommes là, jour et nuit. Nous sommes les premiers à vouloir garder intact notre outil de travail ! Depuis le début de la grève, combien coûtent ces gardes, entre 10 et 12 tous les jours ? C’est pas une provocation, ça ? »

« Et les voitures de leasing qui sont là ! Il y a 10 ans, il n’y en avait que deux. Aujourd’hui, 15 directeurs ont leur voiture de service, il faut compter aussi leurs cartes à essence et leurs cartes visa ! D’ailleurs dans le bilan de l’entreprise, les dépenses « non-admises » s’élèvent à 750.000 €. Alors, pourquoi faire le difficile pour 8 ouvriers ?! ».

Visite à l’Ambassade du Japon

Lundi 13 juillet, la délégation syndicale s’est rendue à l’Ambassade du Japon dans le but d’obtenir une entrevue avec la Direction supérieure de Bridgestone qui a son siège au japon. Ils y ont remis le dossier de Bridgestone et ont fait comprendre aux fonctionnaires de l’Ambassade que la Direction du Japon n’est pas respectueux envers les travailleurs de Bridgestone, car jusqu’à présent ils n’ont pas accepté de les rencontrer. Espérant que les Japonais tiennent à leur image, la délégation espère une réaction rapide.

Voilà quelques témoignages de travailleurs de Bridgestone. Après 5 semaines de grève ils sont plus que jamais décidés de continuer.

Ils méritent un soutien important !


Pour rappel, le numéro de compte ouvert par la délégation syndicale en front commun :

N°: 035–7064230-52.        Mention : S.T.Bridgestone.

Thérèse M.