31/08/2009

Le combat des travailleurs de Bridgestone Frameries, les leçons d'une exceptionnelle solidarité!

2009 07 31 Fameries_Bridgestone 01b"On tient grâce à la très grande solidarité qui règne entre nous, grâce aux indemnités syndicales mais aussi grâce à la solidarité des entreprises de tout le pays. Tout le monde nous soutient. On dit plein de choses sur les Flamands mais les délégations de trois entreprises flamandes nous ont donné encore récemment chacune 1000 euros pour la caisse de grève! Ca c'est de la solidarité. C'est incroyable ce qui se passe ici. Une de ces entreprises est même en difficulté. Mais les travailleurs n'ont pas hésité." explique un des travailleurs présent au piquet... (De Benjamin Pestieau, Président du COMAC, alors en visite au piquet de grève de Bridgestone Frameries le 29 juillet dernier).

Deux jours plus tard, lors du rassemblement de soutien du 31 juillet, le délégué principal FGTB d'une briqueterie du borinage faisait don de 1.000 autres euros, extraits de la caisse de solidarité de travailleurs de cette usine, elle-même en difficulté conjoncturelle, dont le personnel était en chômage économique. Bien d'autres soutiens sont venus s'ajouter, aussi en dons matériels, mais surtout par la présence de militants d'autres entreprises, de tout le pays.

Des leçons doivent être tirées de ce combat exemplaire. C'est que l'unité des travailleurs à elle seule peut créer un véritable rapport de forces capable de tenir tête aux excès patronaux. Ensemble, nous pouvons mieux nous armer contre les dérives de l'exploitation capitaliste et spéculative, dont le seul mot d'ordre est de créer plus de richesse sur le dos de la classe ouvrière.

Aussi de Benjamin Pestieau, un texte assez démonstratif sur l'importance de la solidarité entre travailleurs: "Pierre et Jacques, deux égoïstes aux destinées bien différentes" (PDF, cliquer pour télécharger).


31-comac-WEB-url-blue-350Le blog de Benj (lien vers le blog de Benjamin Pestieau)


Le site du COMAC

20:03 Écrit par PTB Mons/Borinage dans Lutte ouvrière | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : solidarite, social, bridgestone, ptb, frameries, luttes, comac |  Facebook |

19/08/2009

Germain mugemangango à propos de l'implication du PTB dans la grève de Bridgestone: "Bravo de la part des camarades de Charleroi!"

Salut à toutes et tous,

p10_mugemangago_germainBravo pour cette grève exemplaire qui montre la détermination des travailleurs et de leurs délégués en cas de coup dur. Bravo pour les camarades de Mons qui ont fait preuve d'un soutien continu et sans faille au côté des travailleurs de Bridgestone. Soyez certain que les camarades du PTB à Charleroi et dans le reste du pays sont restés extrêmement attentifs à cette lutte.
La détermination patronale dans cette affaire préfigure probablement des combats qui vont se mener pendant l'année suite à la crise. Les travailleurs ont transmis un message clair au monde patronal: "la crise c'est votre faute, c'est pas nous qui allons la payer!". Une attitude dont nous nous inspirerons tout au long des mois de lutte qui nous attendent probablement.

Encore bravo

Germain Mugemangango
Président PTB-Hainaut

17/08/2009

Bridgestone Frameries - Inteview d'Alain Denooze (FGTB) et de Salvatore Acquisto (CSC); au lendemain de la reprise.

Alain Denooze“Le vote serré montre qu'il y a là une force solidaire”.

Alain Denooze, Secrétaire de la Centrale Générale (FGTB)

Interview

Vous avez connu de nombreuses restructurations et grèves, comment vous appréciez la réaction des travailleurs de Bridgestone ?

Alain Denooze : "Je profite de cet interview, au nom des travailleurs de Bridgestone et de la Centrale générale, pour remercier le PTB pour son soutien financier, et pour le soutien moral des différentes délégations tout au long de leur grève. Nous allons d'ailleurs adresser une lettre de remerciement à toutes les diverses délégations qui sont venues ou qui ont versé pour le fonds qui a rassemblé 7500 € !"

"Oui, j'ai connu pas mal de grèves, mais celle-ci était une des plus longues et des plus dures, car il y avait une lutte de principe. Parce que la Direction est passée outre la Convention collective (CCT) de facon inattendue, et surtout parce que, profitant de la fermeture du magasin, elle a voulu se débarrasser d'un délégué combatif, Maurice. Elle n'avait pas oublié la grève de 2007 pour la CCT, et qui a duré 2 semaines. Une CCT complète avec la prépension et une augmentation de pouvoir d'achat qui allait au-delà de la norme salariale. C'est pour ça qu'ils ont saisi l'occasion de la fermeture du magasin pour se débarrasser de Maurice, et c'est pour ca qu'ils ne voulaient pas reclasser des travailleurs en intene."

Comment avez-vous apprécié le vote donnant à 69 % de "non" lors de la première recommandation du bureau de conciliation ?

Alain Denooze: "Cette première proposition était très compliquée. Il y avait le reclassement des 8 dans d'autres entreprises, et le patron aurait payé la différence de salaire durant plusieurs années. Pour ca, il fallait un comité de surveillance qui devait vérifier les montants tous les trimestres. Mais surtout, ce 22 juillet, il y avait encore l'espoir d'obtenir une réintégration partielle en interne. On espérait que la Direction allait céder, pour au moins quelques travailleurs. Nous pensions aux ruptures de stock qui allait certainement arriver si on continuait encore une ou 2 semaines."

"Ce n'est que par la suite, que nous nous sommes rendus compte que nous étions devant un mur. Il n'y a pas eu de rupture de stock, les avions ont continué à voler. Mais comment le prédire ? Le patron savait ce qu'il faisait !"

"Mais ce qui est devenu encore plus clair, c'est que le patron ne voulait pas céder. Dans 'Le Soir' du 25 juillet, Clarinval annonce un message de l'actionnaire japonais: “la réintégration, ne serait-ce que d'un seul travailleur est exclue. Ils ne comprennent pas pourquoi une organisation syndicale nous pousserait à faire marche arrière. Entrer dans cette logique c'est reconnaitre que le management ne dirige plus la société”."


N'est-ce pas une attitude qu'adoptent tous les patrons, dans le but de décourager et intimider les travailleurs ?

Alain Denooze : "Dans la plupart des restructurations, il n'y a pas une attitude aussi tranchée. En général, nous arrivons à réduire le nombre de licenciements par des prépensions, des primes de départs volontaires, ou un partage du temps de travail. Ici Bridgestone en a fait une question de principe. Ensuite, lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, ils ont très clairement et officiellement menacé de délocalisation et de fermeture si la grève continuait. N'oublions pas que 60% des pneus rechappables sont confiés par le Japon à Bridgestone Frameries. 40% sont faits au Japon et aux USA. La menace de délocalisation était donc réelle. Imaginez que dans ces conditions, où les Japonais ne voulaient pas céder, on serait arrivé au rupture de stock, que des avions seraient cloués au sol. La maison mère au japon aurait pu décider le pire."

Et le deuxième vote (7 août), donnant 57 % pour la reprise du travail et 42 % contre, vous a-t-il étonné ?

Alain Denooze : "Non il ne m'a pas étonné, d'ailleurs je préfère un vote serré. Ca veut dire que les ouvriers étaient vraiment déterminés, qu'ils sont solidaires et prets à réagir. La Direction doit se rendre compte qu'elle n'a pas tout résolu, qu'il y a encore des tas de problèmes, entre autres au niveau communication. Il y a là une force solidaire dont ils doivent tenir compte."

"Et puis l'équipe des délégués est là, dont pas mal de jeunes, ils sont prets à reprendre le flambeau et ils ont les travailleurs derrière eux."

"Meme si nous n'avons pas obtenu la réintégration, ni de Maurice ni des autres travailleurs, il y a tout de même un très bon résultat (voir article “Chapeau aux travailleurs de Bridgestone”). Même pour le travailleur CDD licencié. Son contrat aurait pris fin à la fin août. Mais nous obtenons pour lui une prime de départ de 4000€ et un reclassement dans une autre entreprise, garanti durant 3 ans. Pour un des 8 licenciés, qui a une mauvaise santé, le patron maintient l'assurance hospitalisation DKV jusqu'à ses 60 ans. Il y a 8 CDD dans l'usine qui obtiennent un CDI. Nous avons tenu à obtenir ça pour eux, car ils ont été solidaires dans la grève. Tous les points obtenus, on ne les aurait pas eus sans la lutte !"


Au niveau des centrales syndicales, y a-t-il eu une solidarité ?

Alain Denooze: "absolument. Il y a eu de nombreuses visites de délégations et du soutien financier venant de partout. Beaucoup de Flamands du Limbourg, de Gand et d'Anvers, de la Centrale générale et de l'Alimentation. Des Wallons aussi. Les métallos ont été très solidaires aussi : des délégations du métal de Liège et d'un peu partout du Hainaut. L'usine Bridgestone de Herstal a fait grève 24h et les délégués de Frameries ont pu aller expliquer ce qui se passait ici à un meeting dans le réfectoire à Herstal ! Ensuite, ils ont manifesté ensemble, Herstal et Frameries, devant le siège Europe à Zaventem."

"La mobilisation s'est faite via des appels en interne au syndicat. Là on peut voir que le syndicalisme est toujours bien vivant. Et à Bridgestone à Frameries, il y a une ésuipe assez jeune, ça veut dire qu'il y a une relève."


Pourquoi le patron ne voulait-il pas remplacer des ouvriers de 64 ans par des jeunes ?

Salvatore Acquisto, secrétaire principal CSC Energie Chimie

Interview

“J'ai connu de très nombreuses restructurations, en général la réaction de solidarité pour des copains licenciés ou pour d'autres problèmes, c'est le même un peu partout. Mais ce qui est marquant ici c'est la durée de cette action de solidarité soit 58 jours et cela se passe pendant la période de vacances."

"Autre fait marquant dans cette grève, c'est qu'elle était anti-conformiste. Lorsqu'il y a des restructurations ou fermetures de département, en général nous pouvons négocier des prépensions ou d'autres solutions. Ici, depuis le début c'était impossible. Pourtant, à Bridgestone, il y a encore des ouvriers de + de 60 ans , qui font un travail lourd, pour lequel il faut beaucoup d'attention. Pourquoi ne pas les avoir remplacé par des plus jeunes ? Il y en avait parmi les 8 licenciés. Pourquoi ??! Ou peut être n'y avait-il que cette solution pour que le protégé puisse être licencié. Probablement un jour on connaîtra la vérité."

"Et ce que je n'ai jamais vécu ailleurs non plus, c'est que les travailleurs sont restés plus de 2 semaines devant l'entrée sans aucun contact. Il a fallu l'intervention de la Ministre de l'Emploi pour obtenir un premier contact."

"Concernant la première proposition, le vote à 69 % pour la rejeter ne m'a pas étonné. Pour les travailleurs  seule la réintégration pouvait mettre fin au conflit. Le projet avec un reclassement externe, avait un processus de contrôle très lourd à réaliser. En effet, les délégués et la direction auraient dû tous les 3 mois sur base des fiches de salaires des travailleurs reclassés vérifier s'ils avaient bien les mêmes salaires étant donné que la société garantissait le salaire plus les primes de Bridgestone, et calculer la différence à combler, cela pendant 5 ans pour 7 ouvriers et pendant 8 ans pour un ouvrier."

"Lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, il fallait examiner si les raisons d'ordre économique étaient reconnues ou pas. N'ayant pas d'accord, les organisations syndicales ont donc refusé de reconnaître ces motifs économiques. Mais la procédure prévoit que dans ce cas, le patron peut décider de licencier quand-même. Il y a donc eu “constat de carence”."

"Nous avons alors demandé aux travailleurs, lors de l'assemblée du 3 août, un mandat pour négocier, si possible des réintégrations, mais aussi une solution financière au cas où."

"Aujourd'hui, si on ne parle que de “réintégration”, c'est un échec. Mais si on regarde le tout: volet social et le reclassement immédiat des travailleurs licenciés, alors on peut dire que dans d'autres entreprises de la région, cela ne s'est jamais fait."

"D'ailleurs, je dois féliciter les travailleurs de Bridgestone pour leur détermination, j'en suis ébahi ! Et le vote final (42 % contre) prouve qu'il y avait encore des ouvriers qui voulaient continuer le combat. Le patron  devra  en tenir compte !"