02/09/2009

Budget fédéral à la recherche d’argent :: À quelle porte frapper ?


6b7a74d9b325 milliards d’euros. Pour la rentrée, patrons et ministres lancent leurs idées pour combler le gouffre du budget fédéral. Mais d’autres pistes de solutions sont avancées, notamment par les syndicats ou le Parti du Travail de Belgique (PTB).
 
Chez vous (selon les patrons ou les ministres libéraux)…

1. Consacrer moins d’argent aux soins de santé

Rudy Thomaes, dirigeant de la fédération patronale FEB, ne veut plus que le budget des soins de santé puisse augmenter de 4,5% par an, comme prévu dans la loi . Pour la FEB, les 23 milliards d’euros de la sécurité sociale consacrés aux soins de santé doivent diminuer.
    Ces 4,5% de croissance sont une norme arrachée par les syndicats en 2003, qui prend en compte une augmentation normale et nécessaire des dépenses en matière de santé : la population vieillit, la médecine progresse. Donc les besoins augmentent. De plus, les factures d’hôpitaux font exploser le budget des malades. Toucher à ces dépenses pourrait donc faire mal.

2. Moins de fonctionnaires et de service public, du fédéral au communal

La FEB veut réduire fortement le nombre de fonctionnaires et économiser ainsi 5 milliards d’euros. Sont visés : les fonctionnaires fédéraux (pense-t-on au domaine des finances où il manque de personnel pour lutter contre la fraude fiscale ?), et aussi – voire surtout - les agents communaux (pense-t-on aux balayeurs de rue ou aux employés des CPAS ?). Les pensions des fonctionnaires seraient aussi en ligne de mire.

3. Un « index vert » pour bloquer les salaires

Taxer les plus riches ? Pas question pour la FEB. Mais « aucun interlocuteur en Europe ou en Belgique ne peut refuser le débat sur la fiscalité verte. », estime Rudy Thomaes. Va pour taxer plus l’énergie ou des produits comme les bouteilles plastiques. A charge du consommateur.
    Mais le chef de la FEB précise qu’« il ne faut pas que, via l’index, cela entraîne une hausse des salaires. ». Sa solution : « un filtre pour que les produits plus chers ne fassent pas augmenter l’index, ce qui rendrait les salaires plus élevés. » En somme, la FEB veut introduire un « index vert ». Depuis 1993, la liaison des salaires au coût de la vie, via l’index, n’est plus totale : essence, diesel et cigarettes ont été retirés. On appelle ça pudiquement « l’index santé ».
    La FEB veut retirer de l’index toute une série d’autres produits qualifiés de polluants. L’index santé deviendrait l’index vert. Au nom de l’écologie, le patronat veut bloquer les salaires.
    Caroline Ven, chef de cabinet d’Herman Van Rompuy, chargée des questions socio-économiques, va moins loin mais insiste : « il est essentiel de maintenir la modération salariale. »

4. Augmenter les taxes sur l’énergie

Le secrétaire d'Etat Bernard Clerfayt (MR) propose d’augmenter les taxes sur l'énergie pour faire baisser les charges sur le travail.
    Ce qui est sûr : selon son plan, vous devrez payer plus. Il vise à augmenter progressivement les accises sur le diesel, le mazout et le gaz naturel de chauffage. Recettes attendues : 1,6 milliard d’euros. Votre facture était déjà élevée. Et bien avec le MR, ce sera encore plus cher, quelque soit votre revenu. Mais votre patron, lui, bénéficiera de la baisse des charges sur le travail.

… ou chez eux (selon les syndicats ou le PTB)

.......Pour lire la suite, cliquez ici.

17/08/2009

Bridgestone Frameries - Inteview d'Alain Denooze (FGTB) et de Salvatore Acquisto (CSC); au lendemain de la reprise.

Alain Denooze“Le vote serré montre qu'il y a là une force solidaire”.

Alain Denooze, Secrétaire de la Centrale Générale (FGTB)

Interview

Vous avez connu de nombreuses restructurations et grèves, comment vous appréciez la réaction des travailleurs de Bridgestone ?

Alain Denooze : "Je profite de cet interview, au nom des travailleurs de Bridgestone et de la Centrale générale, pour remercier le PTB pour son soutien financier, et pour le soutien moral des différentes délégations tout au long de leur grève. Nous allons d'ailleurs adresser une lettre de remerciement à toutes les diverses délégations qui sont venues ou qui ont versé pour le fonds qui a rassemblé 7500 € !"

"Oui, j'ai connu pas mal de grèves, mais celle-ci était une des plus longues et des plus dures, car il y avait une lutte de principe. Parce que la Direction est passée outre la Convention collective (CCT) de facon inattendue, et surtout parce que, profitant de la fermeture du magasin, elle a voulu se débarrasser d'un délégué combatif, Maurice. Elle n'avait pas oublié la grève de 2007 pour la CCT, et qui a duré 2 semaines. Une CCT complète avec la prépension et une augmentation de pouvoir d'achat qui allait au-delà de la norme salariale. C'est pour ça qu'ils ont saisi l'occasion de la fermeture du magasin pour se débarrasser de Maurice, et c'est pour ca qu'ils ne voulaient pas reclasser des travailleurs en intene."

Comment avez-vous apprécié le vote donnant à 69 % de "non" lors de la première recommandation du bureau de conciliation ?

Alain Denooze: "Cette première proposition était très compliquée. Il y avait le reclassement des 8 dans d'autres entreprises, et le patron aurait payé la différence de salaire durant plusieurs années. Pour ca, il fallait un comité de surveillance qui devait vérifier les montants tous les trimestres. Mais surtout, ce 22 juillet, il y avait encore l'espoir d'obtenir une réintégration partielle en interne. On espérait que la Direction allait céder, pour au moins quelques travailleurs. Nous pensions aux ruptures de stock qui allait certainement arriver si on continuait encore une ou 2 semaines."

"Ce n'est que par la suite, que nous nous sommes rendus compte que nous étions devant un mur. Il n'y a pas eu de rupture de stock, les avions ont continué à voler. Mais comment le prédire ? Le patron savait ce qu'il faisait !"

"Mais ce qui est devenu encore plus clair, c'est que le patron ne voulait pas céder. Dans 'Le Soir' du 25 juillet, Clarinval annonce un message de l'actionnaire japonais: “la réintégration, ne serait-ce que d'un seul travailleur est exclue. Ils ne comprennent pas pourquoi une organisation syndicale nous pousserait à faire marche arrière. Entrer dans cette logique c'est reconnaitre que le management ne dirige plus la société”."


N'est-ce pas une attitude qu'adoptent tous les patrons, dans le but de décourager et intimider les travailleurs ?

Alain Denooze : "Dans la plupart des restructurations, il n'y a pas une attitude aussi tranchée. En général, nous arrivons à réduire le nombre de licenciements par des prépensions, des primes de départs volontaires, ou un partage du temps de travail. Ici Bridgestone en a fait une question de principe. Ensuite, lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, ils ont très clairement et officiellement menacé de délocalisation et de fermeture si la grève continuait. N'oublions pas que 60% des pneus rechappables sont confiés par le Japon à Bridgestone Frameries. 40% sont faits au Japon et aux USA. La menace de délocalisation était donc réelle. Imaginez que dans ces conditions, où les Japonais ne voulaient pas céder, on serait arrivé au rupture de stock, que des avions seraient cloués au sol. La maison mère au japon aurait pu décider le pire."

Et le deuxième vote (7 août), donnant 57 % pour la reprise du travail et 42 % contre, vous a-t-il étonné ?

Alain Denooze : "Non il ne m'a pas étonné, d'ailleurs je préfère un vote serré. Ca veut dire que les ouvriers étaient vraiment déterminés, qu'ils sont solidaires et prets à réagir. La Direction doit se rendre compte qu'elle n'a pas tout résolu, qu'il y a encore des tas de problèmes, entre autres au niveau communication. Il y a là une force solidaire dont ils doivent tenir compte."

"Et puis l'équipe des délégués est là, dont pas mal de jeunes, ils sont prets à reprendre le flambeau et ils ont les travailleurs derrière eux."

"Meme si nous n'avons pas obtenu la réintégration, ni de Maurice ni des autres travailleurs, il y a tout de même un très bon résultat (voir article “Chapeau aux travailleurs de Bridgestone”). Même pour le travailleur CDD licencié. Son contrat aurait pris fin à la fin août. Mais nous obtenons pour lui une prime de départ de 4000€ et un reclassement dans une autre entreprise, garanti durant 3 ans. Pour un des 8 licenciés, qui a une mauvaise santé, le patron maintient l'assurance hospitalisation DKV jusqu'à ses 60 ans. Il y a 8 CDD dans l'usine qui obtiennent un CDI. Nous avons tenu à obtenir ça pour eux, car ils ont été solidaires dans la grève. Tous les points obtenus, on ne les aurait pas eus sans la lutte !"


Au niveau des centrales syndicales, y a-t-il eu une solidarité ?

Alain Denooze: "absolument. Il y a eu de nombreuses visites de délégations et du soutien financier venant de partout. Beaucoup de Flamands du Limbourg, de Gand et d'Anvers, de la Centrale générale et de l'Alimentation. Des Wallons aussi. Les métallos ont été très solidaires aussi : des délégations du métal de Liège et d'un peu partout du Hainaut. L'usine Bridgestone de Herstal a fait grève 24h et les délégués de Frameries ont pu aller expliquer ce qui se passait ici à un meeting dans le réfectoire à Herstal ! Ensuite, ils ont manifesté ensemble, Herstal et Frameries, devant le siège Europe à Zaventem."

"La mobilisation s'est faite via des appels en interne au syndicat. Là on peut voir que le syndicalisme est toujours bien vivant. Et à Bridgestone à Frameries, il y a une ésuipe assez jeune, ça veut dire qu'il y a une relève."


Pourquoi le patron ne voulait-il pas remplacer des ouvriers de 64 ans par des jeunes ?

Salvatore Acquisto, secrétaire principal CSC Energie Chimie

Interview

“J'ai connu de très nombreuses restructurations, en général la réaction de solidarité pour des copains licenciés ou pour d'autres problèmes, c'est le même un peu partout. Mais ce qui est marquant ici c'est la durée de cette action de solidarité soit 58 jours et cela se passe pendant la période de vacances."

"Autre fait marquant dans cette grève, c'est qu'elle était anti-conformiste. Lorsqu'il y a des restructurations ou fermetures de département, en général nous pouvons négocier des prépensions ou d'autres solutions. Ici, depuis le début c'était impossible. Pourtant, à Bridgestone, il y a encore des ouvriers de + de 60 ans , qui font un travail lourd, pour lequel il faut beaucoup d'attention. Pourquoi ne pas les avoir remplacé par des plus jeunes ? Il y en avait parmi les 8 licenciés. Pourquoi ??! Ou peut être n'y avait-il que cette solution pour que le protégé puisse être licencié. Probablement un jour on connaîtra la vérité."

"Et ce que je n'ai jamais vécu ailleurs non plus, c'est que les travailleurs sont restés plus de 2 semaines devant l'entrée sans aucun contact. Il a fallu l'intervention de la Ministre de l'Emploi pour obtenir un premier contact."

"Concernant la première proposition, le vote à 69 % pour la rejeter ne m'a pas étonné. Pour les travailleurs  seule la réintégration pouvait mettre fin au conflit. Le projet avec un reclassement externe, avait un processus de contrôle très lourd à réaliser. En effet, les délégués et la direction auraient dû tous les 3 mois sur base des fiches de salaires des travailleurs reclassés vérifier s'ils avaient bien les mêmes salaires étant donné que la société garantissait le salaire plus les primes de Bridgestone, et calculer la différence à combler, cela pendant 5 ans pour 7 ouvriers et pendant 8 ans pour un ouvrier."

"Lors de la Commission Paritaire du 31 juillet, il fallait examiner si les raisons d'ordre économique étaient reconnues ou pas. N'ayant pas d'accord, les organisations syndicales ont donc refusé de reconnaître ces motifs économiques. Mais la procédure prévoit que dans ce cas, le patron peut décider de licencier quand-même. Il y a donc eu “constat de carence”."

"Nous avons alors demandé aux travailleurs, lors de l'assemblée du 3 août, un mandat pour négocier, si possible des réintégrations, mais aussi une solution financière au cas où."

"Aujourd'hui, si on ne parle que de “réintégration”, c'est un échec. Mais si on regarde le tout: volet social et le reclassement immédiat des travailleurs licenciés, alors on peut dire que dans d'autres entreprises de la région, cela ne s'est jamais fait."

"D'ailleurs, je dois féliciter les travailleurs de Bridgestone pour leur détermination, j'en suis ébahi ! Et le vote final (42 % contre) prouve qu'il y avait encore des ouvriers qui voulaient continuer le combat. Le patron  devra  en tenir compte !"

11/08/2009

Chapeau aux ouvriers de Bridgestone !

Thérèse Michels

Après 56 jours de grève, les travailleurs de Bridgestone n'ont pas obtenu la réintégration de leurs 8 collègues, ni du délégué principal Maurice Delannoy, mais le patron a dû lâcher beaucoup plus que leur préavis légal.

Lors de l'assemblée de vendredi 7 août, 57 % des travailleurs ont voté pour la reprise et ont approuvé le projet d'accord, 42 % ont voté contre.

6 des 8 magasiniers licenciés sont reclassés immédiatement dans d'autres entreprises de la région avec des salaires équivalents à ceux de Bridgestone. Le plus âgé des huit, 54 ans, obtient l'équivalent de la prépension dès la fin de son préavis (un complément au chômage, indexé, jusqu'à ses 65 ans).

Tous les huit obtiennent également, en plus du préavis légal, une prime de départ allant de 4000 à 9000 € net, selon l'ancienneté.

Au cas où ils perdent leur nouvel emploi dans les trois ans (pour cause de restructuration par exemple), Bridgestone leur verse le même montant une deuxième fois et ils seraient reclassés ailleurs une deuxième fois.

Pour les travailleurs qui reprennent le travail, l'accord prévoit une sécurité d'emploi plus claire que dans la dernière Convention collective : en cas de problème, la Direction s'engage à proposer aux ouvriers au choix, un reclassement interne ou la prime de départ (cfr ci-dessus). Cette clause sera renouvelée dans la prochaine Convention collective.

De plus, huit des douze CDD de l'usine (contrats temporaires les plus anciens) recevront un CDI (contrat à durée indéterminée).

Enfin, les travailleurs reçoivent dès la reprise du travail une prime de 500€, il s'agit d'une avance sur des futurs bonus.

Quant à Maurice Delannoy, le délégué principal FGTB, une négociation est encore en cours.

Réactions des travailleurs:

“Même si nous n'avons pas obtenu la réintégration, nous avons réussi à faire cracher le patron. Il ne s'attendait pas à une telle grève. D'ailleurs durant les premières semaines, il nous laissait sans nouvelles. Ca c'était la période la plus dure à tenir psychologiquement. Il pensait que nous allions laisser tomber. Il ne voulait rien donner de plus que les préavis légaux. Mais les dernières semaines, c'est lui qui voulait des négociations. Et il était pressé, c'étaient des discussions au finish. Après le vote des 69,7 % de nons, il voulait immédiatement à nouveau négocier. Logique, avec les voyages d'été on est en pleine période, les clients ont besoin de faire rechapper leurs pneus, et Bridgestone n'avait probablement plus de pneus neufs à leur fournir.”

“Si nous n'avions pas fait grève, les huit n'auraient rien eu, à part leur préavis”.

Nous avions voté pour Maurice.

“Par rapport à Maurice, notre délégué principal, c'est un échec. Il a fallu attendre 7 semaines avant que Clarinval avoue que c'est la peau du délégué principal qu'il voulait. Mais nous le savions. Et avec notre grève, nous voulions garder notre délégué principal + les 7 autres bien sûr. Car nous avons voté pour lui, il était délégué pour toute l'entreprise, pas seulement pour le magasin. Et il ne fallait pas laisser affaiblir la délégation.”

“S'il y en a tant qui ont voté pour la reprise, c'est évidemment pour des raisons financières, mais aussi la peur parce que le patron laissait planer la menace de fermeture si on continuait la grève. Avec les bénéfices qu'il se fait ici, je ne pense pas que c'est une menace réelle. Mais quand-même, dans ces conditions, avoir tenu 2 mois, nous pouvons être fiers ! “

Maintenant nous voulons du respect !

“De toute façon, avec 42 % des votants pour continuer la grève, la Direction devra quand-même faire attention et tenir compte de nous. Avant de recommencer à licencier, elle va réfléchir 56.000 fois. On a montré une force. Maintenant nous voulons du respect ! Quand on va rentrer travailler, il faut se dire chapeau pour ce qu'on a fait. Et il faut rester solidaires. Dès que quelqu'un a un problème, il faut se rassembler.”

“Oui, nous voulons du respect. Parce que de la part de nos directeurs, il y a le mépris. Pour eux, nous ne sommes que des ouvriers. Pourtant nous travaillons tous avec une conscience professionnelle. On se sent responsable de la qualité. Parce qu'il s'agit de pneus d'avion. Imaginez-vous! Ces pneus doivent être en parfait état pour éviter des accidents. Nous gardons une moyenne de cadences pour respecter cette qualité. Ca, le patron ne s'en rend pas compte. D'ailleurs, le nouveau directeur, il n'y connait rien à notre travail, pour certains de nos métiers il faut un an d'apprentissage. Nous sommes toujours sous-estimés, Ca, ca devra changer.”


Dans tous les cas, de la part de toute l'équipe du PTB Mons-Borinage:


"chapeau aux travailleurs de Bridgestone !"


SP_A0050bis 2

18/07/2009

Frameries - Bridgestone

TELECHARGER LE TRACT DU PTB


Résistance exemplaire des travailleurs de Bridgestone à Frameries.

La société Bridgestone Frameries, spécialisée dans le rechapage de pneus d’avion, est en très bonne santé économique et financière : tous les ratios étudiés sont fort positifs et en augmentation par rapport à 2007. Le chiffre d’affaires est passé entre 2007 et 2008 de 53,2 millions d’euros à 62,3 millions d’euros. Le bénéfice de l’entreprise a doublé puisqu’il est passé de 2,5 millions d’euros en 2007 à 5,2 millions d’euros en 2008.

La bonne santé de l’entreprise est due principalement au travail fourni par les 180 ouvriers et employés. En effet, chaque travailleur a rapporté en 2008 74.090 euros ce qui est 21.500 euros de plus qu’en 2007. Cependant, cela n’a pas été rendu aux travailleurs puisque 2,59 millions ont servi à rémunérer le capital.

Pour arriver à un niveau si élevé de bénéfice, l’entreprise perçoit aussi de nombreux avantages et ne répond pas à ses engagements vis-à-vis des travailleurs notamment en termes de formation. Ainsi, rien qu’en 2008, les intérêts notionnels, les réductions des cotisations de sécurité sociale et les économies au niveau de la formation ont permis à l’entreprise d’épargner 1,14 millions d’euros.

L’entreprise utilise depuis plusieurs années des travailleurs sous contrats précaires que ce soit sous forme de CDD (Contrats à Durée Déterminée) ou d’intérimaires. En 2008, elle a fait appel sur l’année à 11 intérimaires et 21 CDD. Cela démontre qu’il y a beaucoup de travail puisque l’entreprise est obligée d’engager des travailleurs extérieurs.

Pourtant, à la surprise générale, la direction de Bridgestone Frameries décide le 11 juin 2009 de licencier brutalement 8 travailleurs dont le délégué principal de la FGTB, par ailleurs secrétaire du conseil d’entreprise et présent sur le site depuis 1980, en invoquant la délocalisation du magasin "pneus" à Zeebruges.

Cette décision unilatérale va à l'encontre de la dernière convention collective de travail conclue sur le plan de l'entreprise pour les années 2007-2008 et 2009, à savoir pour l'article 1 de la CCT : "L'entreprise mettra tout en œuvre en vue d'éviter des licenciements pour raisons économiques et techniques. Si des difficultés surviennent en la matière, il est préalablement instauré un régime de chômage partiel, si possible par roulement."

Ces licenciements étant inacceptables, les travailleurs partent en grève en front commun le jour-même. Aujourd’hui cela fait un mois qu’ils mènent une résistance courageuse face à la violence patronale qui refuse tout dialogue alors que des pistes sérieuses pourraient être envisagées via, par exemple, un reclassement des travailleurs concernés à la production en remplacement de futurs prépensionnés.

Au lieu de ça, cette même direction a tenté, heureusement sans succès, de diaboliser ces pères de famille en inventant des actes de violence et des séquestrations imaginaires. Nous ne sommes pas dupes, ces licenciements prouvent que pour Bridgestone, un travailleur n'a rien d'humain, il n'est qu'une marchandise comme une autre. Bridgestone ne se soucie pas de la détresse familiale provoquée par la perte d'un emploi. Leur seul et unique souci, c'est la maximisation de leur profit.

Comment interpréter le mutisme de la direction après un mois de grève ? Elle espère évidemment un essoufflement de la contestation en laissant pourrir la situation mais ne s'imaginait pas rencontrer une telle détermination des travailleurs.

Le PTB soutient avec force les travailleurs de Bridgestone qui mènent une lutte exemplaire et qui demandent purement et simplement la réintégration des 8 travailleurs licenciés. C’est pourquoi, dans un cadre plus large,  nous attendons du gouvernement des mesures d’urgence sociale comme l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

Face à la détermination arrogante de la direction, la détermination du monde du travail doit être forte et durable. Ainsi, un mouvement de solidarité des travailleurs de Bridgestone Frameries a été créé sur Facebook à l'initiative de Florence Defourny (Service Jeunes FGTB), ainsi qu’un comité de soutien.

Camarades, allons manifester notre soutien aux travailleurs de Bridgestone Frameries en nous rendant au piquet de grève. Notre présence, avec celle de toute la gauche anticapitaliste, rechargera les batteries des travailleurs et pourrait faire de cette lutte le symbole de l’unité de la classe ouvrière face aux attaques patronales.

John B.

La délégation syndicale de Bridgestone, FGTB et CSC, a décidé d’ouvrir un compte de solidarité où les fonds versés seront destinés aux ouvriers en grève :


Numéro de compte: 035–7064230-52.

En communication: S.T.Bridgestone.
 

Bridgestone. Piquet + pneus.14.07.09

Bridgestone. Piquet de grève le 6 juillet 2009

Bridgestone. Piquet du matin.14.07.09

Bridgestone. piquet.14.07.09

 

TELECHARGER LE TRACT DU PTB